Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 14:01

 

 

 

  

 

 

 

    Au tout début de l’Humanité et jusqu’à il y a encore peu, la Terre, pour l’Homme, était le centre du Monde (voir l'article la Terre, centre du monde) et lui-même se jugeait son habitant privilégié, pour ne pas dire élu. Mais, la connaissance venant, il dût se rendre à l’évidence : non seulement la Terre, comme toutes les autres planètes du système, tourne autour du Soleil mais, fait encore plus troublant, notre étoile est elle-même très insignifiante, tant par sa taille, sa position ou son devenir. Située à l’écart du centre de la galaxie qui l’abrite (voir l'article place du Soleil dans la Galaxie), le Soleil est une naine jaune comme il en existe des milliards. Pire encore : notre Galaxie est de dimension moyenne, d’aspect banal, et l’on sait aussi depuis le siècle dernier que, des galaxies, il en existe des milliards (voir article les galaxies).

 

     Voilà une accumulation de faits qui donne à réfléchir et renvoie l’espèce humaine à un destin moins glorieux qu’elle ne l’espérait. Homines quod volunt credunt (Les hommes croient ce qu'ils veulent croire).

 

     De ce fait, l’Homme cherche à se consoler en se disant qu’il est le maître incontesté de la planète sur laquelle il vit tant il se croit différent des autres habitants, tant il se juge « supérieur » aux animaux. Seulement voilà : est-ce si certain ? L’Homme est-il un être à part, une créature privilégiée, ou seulement un animal doué d’un cerveau lui ayant permis de progresser plus vite ? En quoi, au bout du compte, se distingue-t-il de la Vie qui l’entoure ? Quelles sont donc ces caractéristiques particulières qui le rendent si fier de lui ? Quel est, au fond, le propre de l’Homme ? Je me propose d’explorer cette question à l’aide des différentes disciplines scientifiques concernées et sans jamais vouloir ouvrir la moindre polémique philosophique, domaine que je laisse à des penseurs bien plus instruits que moi.
 
     Plusieurs affirmations péremptoires sont censées évoquer le destin notable de l’espèce humaine qui serait une forme de vie « à part ». Revenons sur les principales d’entre elles.
 
 
 
      
 
 
l’homme est le seul représentant de son genre ce qui est une exception remarquable
 

     C’est la paléontologie qui répond le mieux à cette approche. Le genre
homo, c’est vrai, n’est plus représenté que par homo sapiens. Exit les homo erectus, homo neandertalensis, etc. Cela veut-il dire que sapiens est forcément une lignée évolutive ayant conduit à l’apparition du plus doué ? Non, justement, car il faut bien l’avouer, nous avons de fortes raisons de soupçonner que c’est sapiens lui-même qui, consciemment ou non, a évincé ses proches parents (voir sujet le dernier ancêtre commun). Nulle progression irrévocable dans tout cela mais une compétition, âpre et cruelle, comme il en existe chez tous les êtres vivants. Comme je l’évoquais dans un article précédent, il n’est peut-être même pas certain que si, aujourd’hui, nous cohabitions encore avec les Néandertaliens, l’inévitable face-à-face se serait résolu à notre avantage.
 
     Il serait, par ailleurs, erroné de croire que l’Homme est le seul à être l’unique
représentant de sa lignée : l’ornithorynque, par exemple, est la seule espèce survivante de la famille des Ornithorhynchidae et du genre Ornithorhynchus bien qu'un grand nombre d'espèces fossiles de cette famille et de ce genre aient été découvertes. De la même manière, le ginkgo biloba est la seule espèce actuelle de la famille des Ginkgoaceae. Mieux, il est la seule espèce survivante de la division des Ginkgophyta. On en connaît sept autres espèces maintenant fossiles et le Ginkgo est souvent qualifié de « fossile vivant ». L'espèce est la plus ancienne espèce d'arbre connue puisqu'il serait apparu il y a plus de 270 Ma. Il est donc apparu avant les dinosaures et a survécu à tous les bouleversements climatiques de notre planète (sources Wikipedia).
 
     Le fait d’être l’unique représentant d’une lignée évolutive est certainement le cas le moins fréquent mais, comme on vient de le voir, l’homme n’est pas le seul dans cette situation.
 
 
 
 
 
 
L’homme possède des caractéristiques morphologiques qui le rendent différent de toutes les autres espèces vivantes
 
 
     Durant des siècles, les hommes se sont acharnés à trouver à l’espèce humaine une caractéristique particulière qui la distinguerait des autres espèces vivantes :
Linné, Buffon et bien d’autres ont étudié sa physiologie, la forme de sa boîte crânienne, le volume de son cerveau, sa faculté d’utiliser la station debout, etc., avec l’espoir d’identifier une caractéristique spécifique sans jamais y arriver. Il faut s’y résoudre : l’Homme est un animal, un primate qui s’inscrit de façon claire dans la longue lignée de l’Evolution. Il est bien sûr différent des autres – comme le zèbre l’est des autres équidés – mais, d’un point de vue évolutif, cette « différence » ne révèle aucun caractère particulier.
 
 
 
 
Le code génétique de l’Homme est très spécial et explique sa supériorité
 
 
     Dès les débuts de la
génétique moderne, une constatation s’imposa : notre plus proche « parent », le chimpanzé, est génétiquement éloigné ; il existe en effet 10 fois plus de différences entre les génomes (voir glossaire) d’un chimpanzé et d’un homme qu’entre ceux de deux hommes. Oui, mais la génétique ajoute : l’homme et le chimpanzé ont 99% de leur génome en commun et, dès lors, cet « éloignement » devient plus que relatif… En réalité, il s’agit, encore et toujours, de savoir de quel point d’observation on se place. Le fait est que plus des animaux sont morphologiquement et physiologiquement différents, plus leur patrimoine génétique diverge. On en revient, comme l’explique très bien la Théorie de l’Evolution, à des différences accumulées au gré des spéciations successives (voir glossaire et le sujet "spéciations et évolution des espèces"), le point de départ étant un « ancêtre commun » duquel tous sont issus. La preuve en est que, par exemple, l’Homme partage encore 35% de son génome… avec la mouche.
 
 
 
  
L’homme a inventé une culture qui lui est propre
 
 
     Depuis quelques millénaires (environ 10 000 ans), l’Homme s’est sédentarisé et, c’est vrai, il s’est inventé une culture, ou, plutôt des cultures. La construction de notre civilisation (et de ses variantes) passe par l’acquisition d’un certain nombre de propriétés indispensables. Essayons d’en identifier quelques unes.
 
 
 
         
a. La constitution d’un ordre social
  
     C’est une condition indispensable à l’édification d’une société. En existe-t-il des exemples chez l’animal ? A l’évidence oui si l’on se réfère à ces sociétés 
animales organisées de façon à permettre une différenciation des tâches et des exécutants : on pense évidemment aux insectes justement nommés « sociaux » comme les abeilles, les fourmis, les termites, etc. Il s’agit toutefois de sociétés à l’aspect mécanique, aux actions répétitives, certes éloignées des sociétés humaines qui laissent plus d’initiatives aux actions personnelles.
 
     Mais cette distinction devient bien moins évidente dès que l’on s’élève dans la hiérarchie de l’évolution. Ainsi, les éthologues ont-ils pu mettre en évidence des comportements sociaux très subtils chez les chimpanzés : ces derniers sont capables d’élaborer des stratégies de chasse leur permettant d’explorer la forêt (afin, par exemple, de pourchasser un autre groupe) durant de longues heures, chacun des participants étant assigné à une tâche précise et ayant un rôle parfaitement identifié. La différence avec l’Homme se situe alors au niveau des moyens et des outils utilisés.
 
 
 
         
b. La maîtrise des outils
  
     Dans ce domaine également, l’Homme n’est pas le seul à pouvoir manier les objets. Les
grands singes sont connus pour pouvoir utiliser une cinquantaine d’outils comme, par exemple, de longues tiges en forme de cuillère spécialement agencées pour la récolte des termites ou du miel mais également des feuilles roulées de façon à former des chapeaux rudimentaires pour se protéger du soleil.
 
     Lorsqu’on redescend vers des lignées animales moins évoluées, on trouve également ce type de comportements. Nous connaissons tous le cas de la
mouette rieuse qui fracasse les coquillages qu’elle veut ingérer en les jetant depuis plusieurs mètres de hauteur allant même, parfois, jusqu’à utiliser des galets qu’elle projette alors sur son futur repas. Et il existe bien d’autres comportements de ce genre. Un corbeau de Nouvelle-Calédonie est, par exemple, capable de découper les bords dentelés d’une plante grasse locale pour s’en faire une sorte de hameçon (voire de fabriquer un authentique crochet) afin de le glisser dans les anfractuosités des arbres à la recherche des larves.
 
 
 
         
c. Le langage articulé
 
     Dans ce domaine également, la frontière n’est pas très précise :
l’orang-outang, par exemple, est capable de maitriser plus d’un millier de signes qui ressemblent étrangement au langage des sourds-muets… Un chien peut reconnaître jusqu’à une cinquantaine de mots et comme disent les bonnes vieilles dames : il ne leur manque que la parole…
 
 

         
d. L’élevage et l’agriculture
 
     Nous savons depuis longtemps que les
fourmis – pour les citer à nouveau – sont capables d’élever, d’entretenir et de protéger des colonies de pucerons à leur avantage. Elles peuvent également faire de même avec des champignonnières…
 
     La complexité de nos grandes villes qui a succédé aux sociétés humaines purement agricoles se retrouve également chez l’animal : certaines
termitières sont extraordinairement compliquées et possèdent, elles aussi, des secteurs bien précis dévolus à des tâches très spécifiques.
 
 

         
e. Reste la culture
 
     Il ne semble pas exister chez l’animal d’œuvres analogues aux
peintures rupestres de sapiens (et de Neandertal) sans parler, évidemment, de l’art plus moderne tel que nous le connaissons. Ici, l’homme moderne a innové, certainement parce que son intellect plus développé le lui a permis, mais l’art ne saurait résumer à lui seul la culture.
 
 
 
 
La morale
 
 
     Les animaux peuvent-ils être porteurs de ce qui pourrait ressembler à une
morale, même rudimentaire ? Ethologue et psychologues s’interrogent. Comment expliquer le comportement – ce n’est qu’un exemple – de ce bonobo (voir glossaire) découvrant par terre un oiseau assommé et qui s’empresse, après l’avoir délicatement ramassé, de monter dans l’arbre et d’ouvrir les ailes de la petite bête pour qu’elle puisse s’envoler ? Existe-t-il donc une empathie chez certains animaux ? Des comportements animaux peuvent-ils par l’apprentissage et des conquêtes évolutives dépasser le seul acquis génétique ? La majorité des éthologues le pense.
 
     De la même façon, la maitrise des concepts abstraits est très difficile à cerner. On pense évidemment en premier lieu (mais ce n’est pas la seule) à la
notion de mort que l’on pourrait croire intensément humaine : la projection d’un avenir où, en tant qu’individu, nous sommes absents est très complexe à saisir. Pourtant, certains animaux paraissent en disposer : l’exemple souvent rapporté du « cimetière des éléphants » est troublant puisque l’on dit que les vieux mâles, sentant leur fin proche, rejoignent ce lieu très particulier pour y mourir. Ailleurs, certains éléphants recouvrent de terre le cadavre d’une femelle et vont même y déposer une couverture de branchages et de feuilles qui ressemble à un linceul. Ils restent ensuite toute une nuit auprès de cet endroit comme s’il « veillaient leur défunte »… Quelle signification apporter à ces comportements étranges ?
 
 
     De quelque côté que l’on aborde ce type de problèmes, on s’aperçoit que, peu ou prou, les animaux possèdent, parfois potentiellement, des
embryons d’attributs humains. On ne peut donc que constater que la différence entre l’Homme et les animaux n’est pas si simple à définir. En réalité, si cette différence existe – et on ne saurait la nier -, elle serait plutôt du domaine de l’Evolution, le grand cerveau du primate qu’est l’Homme lui ayant permis des avancées particulières. En somme, entre nous et nos amies les bêtes, il n’existe qu’une différence de degré mais pas de nature. Que cela nous rende modeste !
 
 
 
  
Le propre de l’homme
 
 
     Il existe néanmoins un domaine où l’Homme se distingue vraiment : c’est le seul habitant de la Terre qui a réussi en quelques siècles à transformer de manière certaine son environnement. Il a pu le faire en un temps record ce dont aucun autre animal n’a été capable. Le bilan de cette action est d’ailleurs discutable : si sa haute technologie a permis des avancées considérables (habitat, transports, recherche et diffusion de l’information, etc.), il existe des effets indésirables moins convaincants, le premier d’entre eux étant le
réchauffement de la planète par effet de serre dont les conséquences sont plus qu’incertaines.

     Reste – et ce n’est certainement pas négligeable – cette incessante curiosité intellectuelle qui, peu à peu, permet à l’Homme de comprendre son environnement et de le modifier à son avantage. Alors, la Science est-elle le propre de l’Homme ?

 

 

 

 

 

Glossaire (in Wikipedia France)

 

     * génome : le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce encodé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est porté par des molécules d'ARN). Il contient en particulier toutes les séquences codantes (traduites en protéines) et non-codantes (transcrites en ARN, non traduites).

 

     * spéciation : en biologie, on nomme spéciation le processus évolutif par lequel de nouvelles espèces vivantes apparaissent.

 

     * bonobo : le Bonobo (Pan paniscus), mot découlant de la déformation du nom de la ville de Bolobo (République démocratique du Congo), est une espèce de Paninés (genre Pan), membres de la famille des Hominidés et de l'ordre des primates. On l'appelle aussi chimpanzé nain.

 

 

 

Images :

1. de l'homo erectus à l'homo sapiens (sources : www.futura-sciences.com/)

2. ornithorynque (sources : naturendanger.canalblog.com/)

3. une termitière au Burkina Faso (sources : www.interet-general.info/)

4. bonobo (sources : www.wwf.be/)

 (Pour lire les légendes des illustrations, passer le pointeur de la souris dessus)

 

 

 

Mots-clés : ornithorynque - ginko biloba - Linné - Buffon - génome - primate - théorie de l'évolution - mort - insectes sociaux - ordre social - langage articulé - agriculture - culture - peintures rupestres - bonobo - empathie - réchauffement planétaire

(les mots en blanc renvoient à des sites d'informations complémentaires)

 

 

 

 Sujets apparentés sur le blog

 

 

1. l'âme

 

2. Néandertal et sapiens, une quête de la spiritualité

 

3. le dernier ancêtre commun

 

4. les humains du paléolithique

 

5. l'inné et l'acquis chez l'Homme

 

6. la notion de mort chez les animaux

 

7. l'apparition de la conscience

 

8. spéciations et évolution des espèces

 

 

  

 Dernier sommaire général du blog : cliquer ICI

 

l'actualité du blog se trouve sur FACEBOOK

 

 

Mise à jour : 28 décembre 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by cepheides - dans éthologie
commenter cet article

commentaires

geoffrey 12/02/2010 23:31


Un petit régal. Les sciences de la nature sont un régal lorsqu'elles bien écrites, comme chez Bergson et Schopenhauer.
Homo sapiens me semble être particulièrement problématique. Je pense modestement que l'état actuel de notre race est une erreur hasardeuse. Je crois que la pensée ( que nous partageons avec
certaines espèces indubitablement ) s'est probablement éloignée de son rôle originelle en s'auto-reconnaissant puis en s'auto-identifiant, ce qui mena à la création de notre identité individuelle
et fictive, aujourd'hui parfaitement scellée sur le socle de la culture. En fait, la pensée a engendré un mouvement parallèle à elle-même : en s'identifiant à ce mouvement, "l'esprit" est né, nous
condamnant pour des siècles à vivre à moitié mort. Car nous ne sommes plus notre propre corps, ni nos propres gestes, nous sommes simplement tout à fait ailleurs. La pensée nous a séparé de
l'action. Selon moi, nous sommes le résultat de cette erreur neurologique millénaire dont nous payons le prix cher.


grelots 01/10/2008 14:54

Salut j'aime bien ton blog et si tu veux faire partie de la nouvelle communauté que je viens de créer sur l'astronomie et les choses du ciel tu es le bienvenue
http://www.over-blog.com/com-1063381536/Astronomie.html
Amitiés
JM

princess 26/09/2008 18:40

nous connassons tous!!!.milles excuses,mais moi,je n'ai jamais entendu parler de la mouette rieuse et du corbeau de nouvelle calédonie jusqu'a aujourd'hui.avez vous oublié qu'il y a des humains moins instruits que vous?dans tous les cas,je découvre c'est tres interressant mais tres compliqué a comprendre.

cepheides 27/09/2008 17:10


J'essaie autant que faire se peut de rendre ces données le plus compréhensible possible pour tous mais, c'est vrai, certaines notions sont parfois difficiles à
saisir.Je ne peux que vous souhaiter courage et patience : n'hésitez pas à demander ce qui vous paraît parfois obscur (les commentaires sont faits pour ça !).


Carême-Prenant 26/09/2008 13:01

A la lecture du texte, il semble assez flagrant que les êtres vivants, tous issus d'une même origine, ont plus ou moins progressé vers un état de conscience développé, la progression la plus importante revenant à l'homme. Le cerveau de celui-ci lui permet certains degrés de liberté et donc de recul vis-à-vis de son environnement qu'il peut interpréter et modifier. Le sujet me conduit à faire 2 remarques : 1. le poids de la génétique et de l'Evolution est chez nous encore très pregnant ce qui explique les égarements humains, tant individuels que collectifs (vous avez d'ailleurs écrit un article sur le sujet, l'agression) et c'est un paramètre dont il faut tenir compte pour comprendre notre destin tourmenté; 2. : l'acquisition de ces potentialités va de pair avec un capacité de nuisance amplifiée d'où les dégâts sur la Nature. Pour ma part, je reste assez pessimiste sur l'avenir du globe et j'aimerais savoir ce que vous pensez de cette question. En tout cas, merci pour cet excellent article.

cepheides 27/09/2008 17:15


Comme vous, je m'inquiète de la transformation de notre planète mais je reste modérément optimiste en esseyant de me convaincre que toute évolution a ses aléas.
J'espère que l'intelligence humaine saura éviter le pire mais ce n'est, bien sûr, qu'un pari sur l'avenir.


Chatou(CreationsDCP) 23/09/2008 03:00

Merci, très intéressant comme toujours

evelyne 22/09/2008 21:13

Salut mon vote +5
très interressant ce que tu met sur le blog
j'ai lu
passe une bonne soirée

princess 22/09/2008 17:48

merci du cadeau,il va me falloir investir dans un dictionaire plus complet.je n'ai pas encore lue l'article complet,mais je sais déja que j'en ai pour une eternité.a bientot cathy.

Présentation

  • : Le blog de cepheides
  • Le blog de cepheides
  • : discussions sur la science (astronomie, paléontologie, médecine, éthologie, etc.) à partir d'articles personnels.
  • Contact

dépôt légal

copyrightfrance-logo17

Recherche

traduire le blog

drapeau-anglais.png
drapeau-allemand.png

.

.

.

 POUR REVENIR À LA PAGE D'ACCUEIL : CLIQUER SUR LE TITRE "LE BLOG DE CEPHEIDES" EN HAUT DE LA PAGE 

 

Visiteurs depuis la création du blog (2008) :

Visiteurs actuellement sur le blog :

 

 

Sommaire général du blog : cliquer ICI

 

du même auteur

"Camille" (roman)

cliquer ICI

 

"Viralité" (roman)

cliquer ICI

 

"petites tranches de vie médicale"

(souvenirs de médecine)

cliquer ICI

 

"la mort et autres voyages"

(recueil de nouvelles)

cliquer ICI

Catégories