Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 18:30

 

 

 galaxies-premieres-hubble-2004.jpg

les galaxies primordiales (télescope Hubble, 2004) 

 

 

 

  

     Il y a quelques semaines, grâce à sa nouvelle optique infrarouge, le télescope spatial Hubble a pu prendre des clichés de galaxies situées à 13,1 milliards d’années-lumière, un record… Contempler de tels objets astronomiques, c’est en réalité regarder loin dans le passé – nous l’avons déjà évoqué, notamment dans le sujet distances et durées des âges géologiques – et c'est observer l’Univers tel qu’il était il y a plus de 13 milliards d’années, lorsqu’il venait juste de naître, bien avant l’apparition de notre système solaire. On situe le Big-bang, la création de notre univers, quelque part vers – 13,7 milliards d’années : les galaxies observées par Hubble sont donc parmi les premières à avoir existé. Sait-on comment elles se sont formées et, plus généralement, pourquoi la matière a pris cet aspect, une issue qui a mené à ce que nous sommes aujourd’hui ?

 

 

 

La théorie hiérarchique

 

 

la classification de Hubble

 

     En 1924, Edwin Hubble décrypta pour la première fois dans l’histoire Hubble-telescope-Wilson.gifde l’Humanité la nature exacte des galaxies qu’on appelait encore « nébuleuses » et démontra de façon définitive que ces « halos de lumière » flous et plus ou moins visibles n’appartiennent pas à notre galaxie, la Voie lactée, mais sont situés en dehors d’elle ; en d’autres termes, il avança cette nouvelle incroyable pour l’époque : la matière existe en dehors de notre propre concentration d’étoiles et l’Univers est infiniment plus vaste qu’on ne le croyait. On sait à présent que des galaxies comme la nôtre (qui contient approximativement 150 à 200 milliards d’étoiles), il en existe des milliards ce qui fait beaucoup de matière… mais dans un univers si étendu qu’il est néanmoins composé à plus de 99% de vide !  Fort de sa découverte et du fait qu’il pilotait le télescope du Mont Wilson, probablement le plus performant de ce début du XXème siècle, Hubble commença par classer les objets célestes qu’il venait de découvrir en différentes catégories, s’appuyant sur le seul élément dont il disposait, leur apparence. Il décrivit ainsi des galaxies arrondies baptisées par lui elliptiques, des galaxies avec un disque central ou lenticulaires, des galaxies possédant des bras s’enroulant autour d’un bulbe central ou spirales, certaines d’entre elles barrées dans leur centre, etc. (voir le sujet : les galaxies). Comparant ces objets astronomiques qu’il venait de découvrir, il chercha à systématiser leurs aspects afin de mieux organiser leur classification.

 

 

Le scénario hiérarchique

 

     Bien que passant pour les plus performants de leur époque, les instruments de Hubble étaient encore relativement imprécis et le scientifique avait du mal à apprécier les tailles relatives des différents types de galaxies. Il imagina néanmoins que tous ces objets dérivaient les uns des autres : par exemple, les galaxies elliptiques (qualifiées par lui de « précoces »), devenaient spirales (qu’il désignait comme « tardives ») en acquérant des bras, etc.  Il s’agissait donc d’une approche évolutive, un peu à la manière de celle des êtres vivants.

 

     Par la suite, surtout à partir des années 1960-70, on repensa la classification de Hubble en prétendant au contraire que c’était, par exemple, les galaxies spirales qui, en fusionnant avec d’autres, perdaient leurs bras pour donner une galaxie elliptique mais une chose restait sûre : ces formations découlaient toutes les unes des autres selon une hiérarchisation qui restait à définir de façon formelle. On parla alors de scénario hiérarchique, scénario au sein duquel la fusion entre les galaxies était l’explication principale, le moteur de leur évolution en entités toujours plus importantes. De ce fait, il devenait évident que, en regardant de plus en plus loin dans l’espace (et donc dans le passé) on retrouverait les éléments précurseurs, ces toutes premières galaxies qui devaient être très petites, voire naines, plutôt irrégulières et devant fusionner en grand nombre.

 

 

 

Les observations

 

 

     Jusqu’au début des années 2000, le scénario hiérarchique fait pratiquement l’unanimité des astronomes car il explique assez bien l’apparition des galaxies quelques centaines de millions d’années après le Big-bang.  Depuis les années 70, on sait que contrairement à ce qui était auparavant affirmé, les chocs entre galaxies sont fréquents et on peut en observer avec les instruments de l’époque. En réalité, il existe (comme on l’a déjà souligné) tellement de vide entre les étoiles que lorsque deux galaxies, ces monstres cosmiques renfermant des milliards d’étoiles, se heurtent et s’interpénètrent, il n’existe jamais de chocs frontaux entre étoiles : tout se passe au niveau des attirances gravitationnelles et, de loin, on peut observer la galaxie résultante prendre une configuration différente de celles des galaxies qui l’ont formée : par exemple, deux galaxies spirales en fusionnant perdent leurs bras pour donner naissance à une galaxie géante elliptique, arrondie, dont les étoiles voient leurs trajectoires complètement désorganisées avant d’être « réajustées » par les nouvelles forces gravitationnelles présentes. Je précise que ces phénomènes cosmiques gigantesques dépassent bien sûr la durée des vies humaines et même des civilisations puisque s’étendant sur des millions d’années et que, de « l’intérieur », d’éventuels observateurs ne verraient… rien de particulier, si ce n’est – peut-être – une densité d’étoiles un peu plus élevée qu’attendue.

 

     Puisqu’on peut observer de telles fusions galactiques, comment ne pas imaginer que les premières galaxies se soient ainsi formées par fusions successives pour aboutir aux géantes que l’on connait aujourd’hui, d’autant qu’en ces temps primordiaux, l’Univers était moins étendu, les galaxies plus proches les unes des autres et les fusions forcément beaucoup plus nombreuses ? Un autre argument est en faveur du scénario : les fusions galactiques, si elles ne provoquent pas de catastrophes entre les étoiles déjà formées, entraînent de profonds remaniements dans la répartition et l’état des gaz galactiques avec pour conséquence une explosion de la création d’étoiles, la fusion pouvant être assimilée à une véritable crèche stellaire : voilà comment expliquer la création des premières étoiles, ces soleils aujourd’hui disparus que l’on qualifie d’étoiles primordiales car dépourvues d’éléments atomiques lourds (qui ne pourront apparaître qu’avec les générations ultérieures).

 

     Il subsiste quand même quelques interrogations. La fusion de deux voie_lactee.jpggalaxies conduit à un objet plus gros (c’est la logique qui le veut) où le maximum d’étoiles se retrouve au centre, dans ce que l’on appelle le bulbe galactique (et ça, ce sont les simulations informatiques qui l’ont démontré sans appel). Problème : notre propre galaxie, la Voie lactée, ne renferme que 20% de ses étoiles dans son bulbe et ce chiffre est peu compatible avec un accroissement de taille par fusion… Et notre galaxie est loin d’être la seule ! Il existe même des galaxies aussi grosses que la nôtre qui n’ont pas de bulbe central du tout. Pourquoi ?

 

     En 2004, d’extraordinaires images proviennent du télescope spatial Hubble : celles faisant partie du « Hubble Ultra Deep Field » et qu’on peut observer au début de ce sujet. Les scientifiques constatent une différence considérable entre 700 millions d’années où il n’y a que peu de galaxies et 900 millions d’années où elles sont très nombreuses : quelque chose s’est joué entre ces deux dates. Toutefois, il existe toujours une incertitude : les galaxies observées n’ont pas l’air de fusionner plus qu’aujourd’hui et, surtout, elles ne possèdent pas les gros bulbes (de fusion) qu’elles devraient avoir…

 

     Deux ans plus tard, grâce au plus grand télescope terrestre, le VLT, installé au Chili, des astronomes observent une galaxie plus récente mais quand même fort ancienne puisqu’existant « seulement » trois milliards d’années après le Big-bang or cette dernière ressemble tout à fait à la Voie lactée… sauf qu’elle fabrique bien plus d’étoiles qu’elle. Comment expliquer un tel objet si tôt dans l’Univers ? Ce ne peut pas être le résultat de fusions de galaxies naines car il n’y a pas eu assez de temps pour ça.

     Il y a quelques jours, le 5 janvier 2010, l’équipe du télescope spatial galaxies-premieres-Hubble-2010.jpgautorise la publication d'une extraordinaire photo du ciel lointain (ci-contre) légendée ainsi : « This is the deepest image of the universe ever taken in near-infrared light by NASA's Hubble Space Telescope. The faintest and reddest objects (left inset) in the image are galaxies that correspond to "look-back times" of approximately 12.9 billion years to 13.1 billion years ago. No galaxies have been seen before at such early epochs. These galaxies are much smaller than the Milky Way galaxy and have populations of stars that are intrinsically very blue. This may indicate the galaxies are so primordial that they are deficient in heavier elements, and as a result, are quite free of the dust that reddens light through scattering. » (Il s’agit de la vue la plus profonde de l’Univers jamais prise en lumière infrarouge par le télescope spatial Hubble de la NASA. Les objets rouges et à peine visibles de l’image (insérés à gauche) sont des galaxies qui correspondent à une « vision dans le passé » d’environ 12,9 à 13,1 milliards d’années. Jamais aucune galaxie n’avait été vue à une époque aussi reculée. Ces galaxies sont plus petites que la Voie lactée et possèdent des populations d’étoiles qui sont intrinsèquement très bleues. Ceci pourrait vouloir dire qu’elles sont si primitives qu’elles sont déficitaires en éléments lourds et, de ce fait, pratiquement libres de toute poussière pouvant rougir la lumière par dispersion). Mais, semble-t-il, toujours pas plus de fusions galactiques. Alors ?

  

 

 

Théorie alternative

 

 

     L’image la plus ancienne de l’Univers que l’on possède est celle du rayonnement fossile appelé fonds diffus cosmologique : c’est le témoin de la distribution de la matière juste après le Big-bang (voir sujet : fonds diffus cosmologique).  Toutefois, cette diffusion ne s’est pas faite de façon parfaitement homogène comme en témoigne la répartition des galaxies : celles-ci se distribuent le long de lignes  appelées par les astronomes « filaments cosmiques » qui parsèment l’Univers en une sorte de gigantesque toile d’araignée et entre lesquels il n’y a que du vide. Pour de nombreux scientifiques ces filaments devraient d'ailleurs être composés de cette fameuse matière noire dont, comme l'Arlésienne, ongaz-galactique--rouge-froid-et-bleu-chaud-.jpg parle toujours sans jamais la voir mais il s'agit là d'une autre affaire... Or, selon la théorie du Big-bang, il a existé dans l’Univers primordial des courants « froids » d'hydrogène, en fait des masses de gaz sous l’effet de la gravitation (lorsqu’on dit courants froids, tout est relatif puisque leur température est d’environ 10 000°, à comparer aux millions de degrés des autres courants gazeux en mouvement). On peut penser que ces gaz, plus denses, ont fini par se retrouver  le long de ces filaments cosmiques pour y rencontrer la matière accumulée là et provoquer la formation de très nombreuses étoiles. Ces étoiles se sont ensuite regroupées en des objets plus massifs, les premières galaxies. Cela ne veut pas dire que les fusions du scénario hiérarchique n’ont pas eu lieu mais qu’elles sont moins importantes qu’on le pensait pour l’élaboration de ces premiers groupements d’étoiles.

 

     Cette nouvelle approche, connue sous le nom de « théorie des courants froids » a reçu un début de consécration puisque de nombreuses équipes d’astronomes travaillent sur les simulations induites par cette hypothèse, simulations qui vont bien dans le sens souhaité par la nouvelle théorie… Selon ses défenseurs, la théorie expliquerait la création des ¾ des galaxies jusqu’à l’âge d’environ 6 milliards d’années de l’univers, époque de l’épuisement naturel de ces courants gazeux. A partir de ce moment et jusqu’à aujourd’hui, ce sont les collisions et fusions entre galaxies qui ont pris le relai dans la formation des nouvelles galaxies et étoiles. 

 

     Le successeur du télescope Hubble (le télescope spatial James Webb), attendu avec impatience par la communauté scientifique, apportera sans doute de nouvelles informations sur cet univers si lointain, dans le temps et dans l’espace, et tranchera vraisemblablement de manière définitive entre les deux approches.  Il nous en apprendra certainement beaucoup plus sur les premiers moments de notre univers puisque nous avons la chance que nos télescopes soient, d’une certaine façon, de vraies machines à remonter le temps. On a hâte de le voir à l’œuvre.

 

     Ce qu’il y a, par ailleurs, d’extraordinaire, c’est de constater le fantastique accroissement de nos connaissances ces derniers temps : on dit qu’on a plus progressé en savoir ces trente dernières années que depuis le début de la conscience humaine. La technique et les machines, sans doute, permettent cela mais aussi l’esprit des hommes, de moins en moins dépendant des prisons conceptuelles, des idées toutes faites, des aprioris dogmatiques et des préjugés. Et ça, c’est une bonne nouvelle.

 

 

 

Note : mars 2016 : la plus ancienne galaxie (pour le moment)

 

     Record battu pour le télescope spatial Hubble : il vient de repérer la plus ancienne galaxie jamais observée par l'Homme. Baptisée GN-z11, elle est située à 13,4 milliards d'années de nous et comme on a estimé l'âge de l'Univers à 13,8 milliards d'années, cela veut dire que ce dernier était âgé de seulement 400 millions d'années lorsque l'image de GN-z11 a été émise...

     Le précédent record concernait une galaxie âgée de 580 millions d'années mais il y a gros à parier que le futur télescope spatial James Webb trouvera encore plus loin... En attendant, cette lointaine cousine de la Voie lactée nous confirme que nous ne savons pas grand chose sur les premiers instants de l'Univers.

     En effet, bien que 25 fois plus petite que notre galaxie, GN-z11 en est quand même une "vraie", bourrée d'étoiles jeunes, et les scientifiques sont obligés de revoir leurs modèles de formation des galaxies : ils ne s'attendaient pas à voir un objet si massif si tôt, à peine 200 à 300 millions d'années après la formation des premières étoiles et donc si près du Big bang...

 

(in "le journal du blog de cepheides, 15 mars 2016, sur Facebook - lien ci-après)

 

 

 

Images :

 

1. télescope Hubble 2004 : les premières galaxies

(sources : www.planetastronomy.com)

2. Edwin Hubble et le télescope du Mont Wilson (sources : www.heise.de)

3. classification des galaxies selon E. Hubble (sources : www.astropolis.fr)

4. Fusion de galaxies : Arp87, 300 millions d’al, const. du Lion, février 2007

(sources : alluniversal.blogspot.com)

5. la Voie lactée (sources : www.notre-planete.info)

6. télescope Hubble 2010 (sources : hubblesite.org/newscenter/)

7. gaz galactique : selon le codage retenu, le gaz froid est en rouge et le chaud en bleu (sources :  blogs.lexpress.fr)

 (Pour lire les légendes des illustrations, passer le pointeur de la souris dessus)

 

 

 

Mots-clés : télescope spatial Hubble - site du télescope spatial Hubble (en anglais) - fusions galactiques - univers primitif - Edwin Hubble - Big-bang - galaxies - étoiles primordiales - Hubble Ultra Deep Field (en anglais) - VLT (Very Large Telescope) - fonds diffus cosmologique - filaments cosmiques - matière noire - gaz galactiques - télescope spatial James Webb

(les mots en blanc renvoient à des sites d'informations complémentaires)

 

 

 

Sujets apparentés sur le blog :

 

1. matière noire et énergie sombre

2. les galaxies

3. trous noirs

4. pulsars et quasars

5. Big Bang et origine de l'Univers

6. juste après le Big bang

7. les étoiles primordiales

 

 

 

Dernier sommaire général du blog : cliquer ICI

  

 

l'actualité du blog se trouve sur FACEBOOK

 

 

Mise à jour : 15 mars 2016

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cepheides - dans astronomie
commenter cet article

commentaires

Thierry-alias-Jean-Philippe 20/02/2010 21:48


Bonjour Céphéides, je passe sur votre blog pour pour faire un coucou ! Bien sûr, j'en ai profité pour lire cet article, très très intéressant. Les progrès technologiques nous aident bien à cerner
l'évolution (toutes les évolutions : de l'univers, des planètes, des sciences...) et il reste encore pas mal de questions sans réponses ! Je vous souhaite de passer un bon dimanche et à bientôt


geoffrey 12/02/2010 00:28


Superbe.
Pour vous dire vrai, je comptais lire quelques poèmes de Rimbaud ce soir mais j'ai été envouté par votre site. Je crois me sentir plus proche des 99% de l'univers que de ce fonds diffut cosmique
qui ne m'inspire qu'un profond mépris. Ce dernier me renvoie à mes déjà vieilles lectures métaphysiques, on l'assimilerait presque à l'essence, au principe actif. Mais je me suis éloigné depuis de
ces sornettes Spinoziennes. Connaissez vous le principe anthropique à propos ?
Ah, cette loi de la gravité, elle est bien notre fardeau à tous, la mère des forces


cepheides 12/02/2010 17:03


Bonjour et merci de votre intérêt pour ce site. Effectivement, je connais bien le principe anthropique ou plutôt LES principes anthropiques. Si les premiers principes
(dits faible, ordinaire, etc.) ne me posent pas de problèmes, il n'en est pas de même pour le principe anthropique fort qui, comme vous le savez, semble nous dire que les conditions d'apparition de
la Vie sont tellement contraignantes que leur présence ne saurait être le fruit du hasard : cette affirmation n'est pas scientifique mais plutôt philosophique, voire religieuse. Nous ne sommes
alors pas loin de "l'intelligent design" cher aux créationnistes anglo-saxons et dont j'ai dit tout le mal que j'en pensais (d'un point de vue scientifique) dans plusieurs de mes articles
précédents... Bien au contraire, tout au long de ce blog, j'essaie d'expliquer que ce qui ressort de l'étude objective de l'Univers (que ce soit de points de vue micro ou macroscopique), c'est que
le hasard est le grand organisateur de notre monde; j'ai bien dit hasard (au sens premier du terme) et non anarchie car l'organisation de la matière suit des lois bien précises dont certaines nous
échappent encore. Comme vous le voyez, je suis vraiment très éloigné du principe anthropique dit "fort".  J'espère avoir le plaisir de vous revoir sur ce blog, en espérant ne pas trop vous
détourner de Rimbaud que, comme vous, j'apprécie tout particulièrement et qui reste à mes yeux comme un des tous premiers poètes de langue française.


LV4-26 05/02/2010 14:47


Après voir lu votre article et amateur de science-fiction, je me pose la question suivante : sera-t-il possible un jour à l'espèce humaine de coloniser une autre galaxie ? Qu'en pensez-vous ?


cepheides 06/02/2010 14:11


Je suis également amateur de science-fiction (ayant d'ailleurs été jusqu'à écrire plusieurs livres du genre) et je sais que l'explication au voyage intergalactique
réside dans "l'hyper-espace" ou " sub-espace" et autres fantaisies du genre. Malheureusement la réalité est toute autre et je ne vois toujours pas - en l'état actuel de nos connaissances - comment
on pourrait un jour dépasser la vitesse de la lumière... Ce qui veut dire qu'il faudrait 8 ans à un vaisseau spatial (à supposer qu'il approche cette vitesse limite) pour aller et revenir de notre
plus proche voisine, Proxima du Centaure qui n'est autre qu'une naine rouge probablement peu accueillante ! Les planètes habitables d'étoiles proches se trouvent donc à des dizaines d'années de
voyage pour les plus accessibles (toujours à la vitesse de la lumière a priori inatteignable) et à une "distance" encore plus éloignée pour les communications classiques. Des milliers d'années
seraient nécessaires pour atteindre les étoiles du centre de notre galaxie. Inutile dire qu'il est impossible d'imaginer atteindre notre proche voisine la galaxie d'Andromède (il faudrait des
millions d'années de voyage, probablement plus longtemps que ne durera l'espèce humaine). Et nous parlons là du "groupe local" de galaxies, celles qui sont assez proches pour influer
gravitationnellement les unes sur les autres). Pour le reste... Nous en revenons à l'hyperespace des auteurs de science-fiction : il existe bien - théoriquement - les trous de vers popularisés par
S. Hawking mais, outre qu'il faille démontrer leur réalité, on voit mal comment n'importe quelle matière organisée résisterait à ces sortes de trous noirs inversés. Non, il nous faudra, je le
crains, nous contenter de notre imaginaire pour espérer voyager par la pensée dans ces terres lointaines...


Glorfindel 01/02/2010 00:08


Bien sûr, il fallait CLIC droit ... vous avez rectifié !
Moi, je n'utilise plus que FIREFOX ...
A+


cepheides 01/02/2010 14:45


J'utilise également Firefox depuis des années mais mon navigateur par défaut reste quand même Opera, plus rapide. Toutefois, je me demande si je ne vais pas revenir à
Internet Explorer car sa version 8 est assez conviviale et réactive (du moins d'après le peu que j'en ai vu)... Encore merci pour votre aide.


Glorfindel 31/01/2010 00:54


Je suis complètement d'accord avec vous après cette mise au point.
Je suis aussi sur OB et, CADEAU !, il y a une procédure pour légender les illustrations :
CLIC gauche ---> Editer l'image ---> 2 cartouches s'offrent à vous : celui du bas s'affichera à la lecture quand le lecteur laisse sa souris en arrêt sur l'image ...
A+


cepheides 31/01/2010 14:24


Eh bien, voici la preuve que de la discussion nait le savoir ! En effet, je ne connaissais pas la procédure que vous m'avez suggérée pour légender mes illustrations et
ça marche parfaitement ! Je vous avoue que j'ai eu du mal au début car cette technique ne fonctionne pas avec Opéra qui est mon butineur par défaut : je suis donc repassé par IE8 (je n'ai pas
encore essayé Firefox et Safari) et miracle ! Je ne saurais donc trop vous remercier pour m'avoir enlevé cette épine qui m'agaçait depuis des mois...  Il me reste à présent à légender de la
même manière l'ensemble du blog, ce que je ferai progressivement. Encore mille fois merci !!!


Glorfindel 30/01/2010 11:00


Et si on vous pousse un tout petit peu, est-ce que vous condescendrez à nous la donner la liste des bonnes personnes pour lesquelles on devrait voter ?
Récemment, une équipe d'astronomes Français (internationalement reconnue) a publié les travaux qui l'occupent depuis plus de 10 ans : il n'y aurait en fait "que" 140 milliards d'étoiles dans la
Voie Lactée.
Légendes et sources de vos illustrations se trouvent en fin d'article : je trouverais plus pratique qu'elles soient associées à chaque image.
Félicitations tout-de-même, et A+


cepheides 30/01/2010 18:33



Je vous remercie pour vos encouragements et vais essayer de répondre à vos remarques. Tout d'abord, il va de soi que je ne vous donnerai pas d'indications sur les
"bonnes personnes pour lesquelles voter" car ce serait très certainement dépasser et l'esprit et la lettre de ce blog et n'aurait, de toutes façons, qu'un intérêt anecdotique : je voulais
seulement dire qu'il est difficile d'attaquer la gestion des gens qui nous gouvernent après avoir consciencieusement et régulièrement voter pour eux, une attitude que j'observe, hélas, trop
souvent chez bien des personnes de mon entourage !


Effectivement, comme vous le faites remarquer, il semblerait qu'il faille revoir quelque peu à la baisse le nombre d'étoiles de la Voie lactée... Cette information,
issue d'une équipe de chercheurs français et récemment relayée par la presse spécialisée, demande néanmoins une confirmation définitive, notamment par des travaux complémentaires (actuellement en
cours) émanant d'une autre équipe de chercheurs internationaux. Quoi qu'il en soit, j'ai déjà tant de mal à imaginer (je ne dis pas "comprendre") ce qu'est un tel chiffre que 140 ou 220 milliards
d'étoiles ne me parlent pas plus à l'esprit l'un que l'autre !


Concernant les illustrations, vous avez parfaitement raison : elles gagneraient tout à fait à être commentées in situ : il est bien plus agréable de lire
immédiatement une légende qu'aller la chercher en fin de texte. Malheureusement, j'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé le moyen d'inclure des légendes associées à chaque photo sans perturber
sérieusement le texte de l'article qui devient alors incompréhensible; je suis hébergé par Over-blog et je vais demander dès que possible à nos web-masters s'il existe une astuce permettant cette
modification (très souhaitable et souhaitée) de présentation... A bientôt, j'espère. 



anonyme 27/01/2010 20:23


bonsoir cepheides!personnellement je ne comprend pas grand choses dans tout cela mais quesque j'aimerai voir les images cela doit être génial et tellement beau!!!!


cepheides 28/01/2010 13:47


Dans quelques années - c'est sûr - nous aurons des images plus précises des débuts de notre univers...


bernard 26/01/2010 21:04


un article très complet qui nous fait revivre cette épopée
Bien à toi !


cepheides 27/01/2010 13:43


Merci !


Henri L 26/01/2010 15:09


Je me permets de vous féliciter pour cet excellent article, très en prise avec l'actualité astronomique. Il y a gros à parier que, sous peu, vous aurez à revenir sur ce sujet tant les découvertes
se multiplient ces derniers temps (et le nouveau télescope spatial ne sera pas en reste, question images sensationnelles !)...


cepheides 27/01/2010 13:40


Effectivement, nous ne sommes qu'au début de l'exploration des tous premiers instants de l'Univers (du moins jusqu'à la limite semble-t-il indépassable du fond diffus
cosmologique, soit environ 300 000 ans après le Big-bang). Il y a effectivement gros à parier que le nouveau télescope spatial James Webb nous apportera beaucoup : bien que son lancement soit
proche, l'attente nous semble longue !


christophe 21/01/2010 17:00


Merci pour ce nouvel article très bien documenté.


cepheides 22/01/2010 15:16


... et moi, je vous remercie sincèrement de votre fidélité.


Carême-Prenant 21/01/2010 16:18


Intéressant et une question me vient à l'esprit : si les fusions extragalactiques redeviennent la règle (à supposer que cela n'était pas le cas avant), cela veut dire que, compte-tenu des
distances, ces fusions ne peuvent plus avoir lieu qu'entre galaxies d'un même groupe local (comme la nôtre avec Andromède) et, à terme, il n'y aura plus que des galaxies géantes s'éloignant de plus
en plus vite les unes des autres... vers une dilution de la matière dans le vide ? Qu'en pensez-vous ?


cepheides 22/01/2010 15:50



Bonjour Carême-Prenant ! Je pense effectivement que vous avez raison : en s'écartant les unes des autres, les galaxies mettent tant de distance entre elles qu'elles
ne peuvent plus subir la gravitation universelle et donc leurs influences réciproques. A l'exception, bien sûr, de celles qui sont restées très proches formant alors ce que vous nommez fort
justement des groupes locaux; le nôtre (de groupe local) contient environ une trentaine de galaxies (peut-être un peu plus) dont les deux plus importantes sont la Voie lactée et M31 (Andromède).
Il existe dans l'Univers des milliards de groupes locaux de ce genre, eux-même regroupés en amas, puis en super-amas. Cela résulte probablement de la distribution de la matière lors des tous
premiers instants de l'Univers, juste après le Big-bang.


Que va-t-il donc se passer ensuite ? Si l'expansion de l'Univers se poursuit (et aujourd'hui on sait même qu'elle va en s'accélérant), il est probable que les
galaxies locales auront le temps de fusionner pour ne plus former que des super-galaxies qui continueront à s'éloigner les unes des autres au fur et à mesure que l'Univers créera son espace. En
pareil cas, la matière qui est fabriquée une fois pour toutes finira par se diluer dans cet espace infini, les  étoiles se désagrégeant progressivement mais ce sera (serait ?) dans un temps
que nos esprits ne peuvent imaginer et, de toute façon, pas comprendre. L'autre branche à l'alternative est que l'Univers, après un temps d'expansion impossible à prévoir, se stabilise puis
refasse le chemin en sens inverse; c'est un scénario que l'on appelle le "Big Crunch" dans lequel il se rétracte (l'espace disparaissant au fur et à mesure de cette rétraction puisque rien
n'existe en dehors de l'Univers) jusqu'à ce que la matière soit à nouveau comprimée en un espace minuscule. Certains avancent l'hypothèse qu'il pourrait ainsi y avoir de véritables "pulsations"
selon un système de va-et-vient- entre Big-bang et Big Crunch ! Ces supputations nous éloignent quelque peu des galaxies dont l'avenir, en effet, est probablement celui que vous évoquiez ! Bien à
vous.



duranton 18/01/2010 23:02


et la mauvaise nouvelle ,c'est que l'humanité en est toujours à un stade préhistorique avec à sa disposition les fruits de toutes les technologies susceptibles de servir les pouvoirs de l'argent


cepheides 19/01/2010 14:07


Votre remarque n'est pas fausse (j'en ai longuement discuté à propos des travaux de Konrad Lorenz sur l'agression) mais que faire ? On ne peut pas arrêter le progrès,
notamment scientifique, sous le prétexte que l'Humanité ne le mérite pas...


bunny le chti 18/01/2010 22:43


salut
c'est très bien toutes ces théories
Mais je me demande si le plus important n'est pas de sauver la terre actuellement ?
bonne nuit


cepheides 19/01/2010 14:22



La Terre a certainement besoin d'être sauvée de la rapacité de l'actuel dominant, homo sapiens mais si on parle de contrôle démographique on tombe dans
l'interventionnisme d'état et si on se dit qu'il n'est peut-être pas nécessaire que les pays en voie de développement accèdent à notre "super société de consommation", on est volontiers suspecté
de racisme... Par ailleurs, les scientifiques - contrairement à ce que prétendent les médias - ne sont même pas d'accord sur la réalité du réchauffement climatique (J'en veux pour preuve les
propos de Claude Allègre, ancien ministre mais surtout physicien de renom qui crie haut et fort que le réchauffement est une élucubration écolo-capitaliste : qui croire ?). De toute façon, la
science ne devrait pas être divisée et "sauver la planète" peut très bien aller de pair avec l'étude de l'Univers lointain !


Et puis, je vais vous donner une impression personnelle : la manière dont nos contemporains gèrent le monde actuellement m'exaspère tellement que plus j'entends
parler de la Terre et de ses problèmes et plus j'ai envie de m'intéresser aux sciences fondamentales ou à l'observation galactique. Cet avis n'engage évidemment que moi mais, dans le fond, je me
demande de quoi nous nous plaignons  : après tout, il n'y a qu'à voter pour les bonnes personnes...



Présentation

  • : Le blog de cepheides
  • Le blog de cepheides
  • : discussions sur la science (astronomie, paléontologie, médecine, éthologie, etc.) à partir d'articles personnels.
  • Contact

dépôt légal

copyrightfrance-logo17

Recherche

traduire le blog

drapeau-anglais.png
drapeau-allemand.png

.

.

.

 POUR REVENIR À LA PAGE D'ACCUEIL : CLIQUER SUR LE TITRE "LE BLOG DE CEPHEIDES" EN HAUT DE LA PAGE 

 

Visiteurs depuis la création du blog (2008) :

Visiteurs actuellement sur le blog :

 

 

Sommaire général du blog : cliquer ICI

 

du même auteur

"Camille" (roman)

cliquer ICI

 

"Viralité" (roman)

cliquer ICI

 

"petites tranches de vie médicale"

(souvenirs de médecine)

cliquer ICI

 

"la mort et autres voyages"

(recueil de nouvelles)

cliquer ICI

Catégories