Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 00:02

 

 

 

      

 

     A tout seigneur, tout honneur, on le sait bien, une des cibles privilégiées des obscurantistes est la théorie de l'évolution (bien plus qu'une théorie, on y reviendra). Pour introduire la réflexion sur le sujet, quel meilleur moyen que de citer les premières lignes de l'article écrit par Pascal PICQ, , paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France, dans un numéro récent de l'excellente revue "Pour la Science" (Pour la Science, n° 357, juillet 2007, p. 40). Je le cite :

 

     Une des plus belles avancées des connaissances en science se voit rejetée comme jamais auparavant. Le patient travail de recherche plus que centenaire d'une communauté de femmes et d'hommes de différentes nations et de diverses cultures se retrouve contesté sur des fondements que l'on croyait révolus depuis des décennies. L'une des plus grandes contributions à la pensée moderne et universelle attachée à la modernité est à nouveau menacée par l'obscurantisme : l'évolution.
Récemment, les médias se sont alarmés de la diffusion massive et ciblée de plusieurs milliers d'exemplaires d'un ouvrage richement illustré. L'auteur prétend y démontrer que la théorie de l'évolution est erronée, que toutes les espèces connues aujourd'hui sont inchangées depuis des milliards d'années, car créées comme telles. La pseudo-argumentation est aussi pauvre que fallacieuse : puisque des animaux fossiles ressemblent - en première approximation - aux animaux actuels, l'évolution n'existe pas. L'objectif du livre n'est pas d'argumenter, mais de semer le doute chez ceux qui ne connaissent pas la théorie de l'évolution. Cette offensive islamique appelle la réprobation dans nos contrées laïques. Cependant, peu de commentateurs ont souligné que cette action de propagande remarquablement exécutée vient de Turquie, le seul pays musulman officiellement laïque. Mais n'oublions pas que cette menace s'inscrit dans un mouvement plus profond, plus ancien et mieux organisé qui vient de l'Ouest : le créationnisme porté par les évangélistes fondamentalistes américains selon qui l'Univers et donc la Terre ont été créés par une intelligence supérieure, un dieu.
L'Europe laïque, dont la France, se pensait à l'abri de ces controverses d'un autre âge : erreur !
 
 
     L'image représente un trilobite (voir glossaire). Franchement, quel autre moyen d'expliquer le règne de ces animaux (plusieurs dizaines de MILLIONS d'années), disparus il y a si longtemps lors d'une extinction de masse, que par la théorie de l'évolution ? Des disparitions qui concernent près de 99% des espèces ayant un jour existé...
 
 
la faune du shiste de Burgess
(voir le sujet : le schiste de Burgess)
 
 
     Oui mais, les créationnistes veulent à tout prix  une finalité, un grand dessein organisé par quelque "grand architecte" de l'Univers (de préférence le leur) or il n'y a, à l'évidence, aucune finalité, aucun but  dans l'apparition, la vie puis la disparition de millions d'espèces animales, comme ça, au hasard, parce que les circonstances sont soudain devenues défavorables (qu'on se souvienne du météore du Yucatan qui décima les dinosaures : à quelques milliers de km près - une misère pour l'espace - il aurait évité la Terre, les dinos auraient été épargnés et nous ne serions pas là pour en parler...). Eh oui, n'en déplaise à certains, si le film devait repartir de zéro, comme le dit le paléontologue Gould, il est très peu probable que les mammifères - et donc les hommes - soient à nouveau sélectionnés. Parce qu'il s'agit d'une sélection qui ne tient compte que des facteurs de circonstance (adaptation ou pas à un moment donné) et que la Nature avance à l'aveugle, par tâtonnements, sans but précis. Un hasard, en somme.
  
     Mais, après tout, moi, je veux bien que chacun ait ses propres croyances : c'est souvent le moyen de se rassurer à bon compte. Sauf que, lorsque la science explique, qu'elle démontre, qu'elle prédit même parfois, les préjugés doivent alors s'effacer. Sinon, c'est nier l'évidence. Rappelons-nous ce vieil adage de la Rome de jadis: "quos vult perdere, Jupiter dementat" (Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre) !. Ne nous laissons pas aveugler par les faux prophètes et les gourous de pacotille.
 
 
  
 
 
Glossaire
 
     * trilobites : les trilobites (ou Trilobita) constituent une classe d'arthropodes marins fossiles ayant vécu durant le paléozoïque (ère primaire) du Cambrien au Permien. Les derniers trilobites ont disparu lors de l'extinction de masse à la fin du Permien, il y a 250 millions d'années. Les trilobites sont bien connus car ils sont certainement le second groupe le plus répandu de fossiles après les dinosaures. Par ailleurs, ils ont donné les fossiles les plus diversifiés : on recense entre neuf et quinze mille espèces. La plupart d'entre elles étaient des animaux marins simples et petits, qui filtraient la vase pour s'alimenter. (in Wikipedia France)
 
 
Images
 
1. algues bleues, la plus ancienne forme de vie sur Terre (sources : forum.mikroscopia.com)    
2. trilobite (sources : krlphotography.typepad.com)
3.  les animaux de la faune du schiste de Burgess (source : www.maxicours.com)

 (Pour lire les légendes des illustrations, passer le pointeur de la souris dessus)

 
 
 (les mots en blanc renvoient à des sites d'informations complémentaires)
 
 
 
Dernier sommaire général du blog : cliquer ICI
 
 l'actualité du blog se trouve sur FACEBOOK
 
 
 
 
Mise à jour : 19 novembre 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by cepheides - dans paléontologie
commenter cet article

commentaires

Le Moine : Denis le petit espiègle 20/01/2011 11:46


J'ai un traité que vous allez sûrement aimé, qui s'intitule La Théorie de l'évolution : Faut-il l'accepter? Qui se trouve sur mon site :www.egliseduchristquebec.com sous l'onglet : Les Documents
Scientifiques ou sous l'onglet : Les Traités CEB sous la lettre T. Je vais tenter de coller cela ici :

LA THÉORIE DE L'ÉVOLUTION : FAUT-IL L'ACCEPTER?
«On n'ira pas vérifier ce dont on est intimement persuader, mais la remise en
question est la règle en science. »
« 1 Au commencement Dieu créa le ciel et la terre... 11 Et Dieu dit : Que la terre se
couvre de verdure, d'herbe porteuse de semence, d'arbres fruitiers donnant sur la terre
des fruits selon leur espèce... 20 Que les eaux se mettent à grouiller d'êtres vivants, et que
la terre des oiseaux volent sous l'étendue céleste... 24 Que la terre produise des êtres
vivants selon espèce, bétail, reptiles, animaux terrestres, chacun selon son espèce... 27 Et
Dieu créa à l'image de Dieu, homme et femme il les créa. » (Genèse 1.1, 11, 20, 24, 27).
« 11 Car en six jours l'Éternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve »
(Exode 20.11).
L'ORIGINE ET LE RÉSUMÉ DE LA THÉORIE DE L'ÉVOLUTION PAR LA
SÉLECTION NATURELLE
« Charles Darwin (1809-1882) a publié sa théorie de l'évolution en 1859 dans le
livre, L'Origine des espèces. Il proposait que, puisque la plupart d'espèces produisent
beaucoup plus de petits que ne pourrait survivre et parvenir à la maturité, il se déclenchait
inévitablement une lutte pour la survie. Dans une telle lutte, seuls les plus forts ou les
mieux adaptés survivaient. Ces individus survivants, les mieux adaptés, transmettraient
leurs qualités supérieures à leurs petits. Darwin tira la conclusion que de nouvelles
espèces se produisent grâce à la survie et la reproduction des espèces qui sont les mieux
adaptés à chaque environnement. » (Shelly, 85)
« L'idée d'évolution (sous le nom de « transformation ») circulait déjà dans la
communauté scientifique depuis longtemps, mais Darwin est le premier à proposer un
mécanisme convaincant expliquant la transformation des espèces au cours du temps. Pour
lui, tout repose sur la « variation » au sein des espèces et sur la sélection des individus.
Qu'il s'agisse de mouches, de moutons ou d'humains, chaque individu est unique. Tous les
membres d'une même espèce diffèrent les uns des autres par des « variations » de taille,
de couleur, de résistance aux maladies ou de comportement. Dans l'environnement
naturel des animaux, certaines variations sont avantageuses, d'autres non. Certains
individus survivent et se reproduisent, d'autres non. C'est ce que Darwin a appelé
‘sélection naturelle’.
« Le concept de la sélection naturelle était le fondement du darwinisme. Cette
affirmation est même mise en évidence dans le titre du livre dans lequel Darwin expose
sa théorie : L'origine des espèces, au moyen de la sélection naturelle... Il croyait avoir
trouvé un mécanisme pour expliquer, sans avoir recours à l'idée de Dieu, l'origine de
toutes les espèces de vie terrestre.
« La sélection naturelle se fonde sur l'hypothèse que dans la nature il existe une
lutte permanente pour la survie. Les plus forts, ceux qui s'adaptent aux conditions
naturelles, arrivent à survivre. Par exemple, pour une horde de cerfs menacée par des
22
prédateurs, ceux qui sont les plus rapides parviendront à survivre. La horde de cerfs ne
sera composée en fin de compte que des bêtes les plus rapides. »
(www.findudarwinisme.com)
« Les évolutionnistes citent la girafe, aussi, comme un exemple qui démontre
l'action du principe de la survie des plus adaptés qui fut popularisé par Darwin. Les
girafes mangent les feuilles d'arbres. À un moment dans le passé lointain, selon
l'évolutionniste, à cause de sécheresses sévères et répétées, les feuilles les plus basses
devinrent très clairsemées; elles furent toutes mangées ou moururent. À cause de cette
catastrophe, seules les girafes ayant les cous les plus longs survécurent. Les girafes au
cou long se reproduisirent ensemble et passèrent à leur progéniture ce trait – un cou très
long. Ainsi, de nos jours, nous avons la girafe qui nous est familière. Toutes les girafes au
cou court moururent de faim. » (Shelly, 85, 86).
Les exemples du cerf et de la girafe sont valables pour toutes les espèces. Quelle
que soit la population concernée, la sélection naturelle est censé éliminer les plus faibles
ou ceux qui sont incapables de s'adapter aux conditions changeantes de leur habitat. Cela
ne produit pas, pourtant, de nouvelles espèces, de nouvelles informations génétiques ou
de nouveaux organes. Ce qui signifie que la sélection naturelle ne suffit pas pour qu'une
espèce évolue. Darwin aussi acceptait ce fait, déclarant que « la sélection naturelle ne
peut rien jusqu'à ce qu'il se présente des différences ou des variations individuelles
favorables. » * C'est ce qui a poussé le néo-darwinisme à ajouter au concept de sélection
naturelle, le mécanisme de la mutation comme facteur d'altération de l'information
génétique. (* Charles Darwin, The Origin of Species by Means of Natural Selection, The
Modern Library, New York, p. 127.)
LA MACRO-ÉVOLUTION V. LA MIRCO-ÉVOLUTION
Personne ne conteste le fait que ce qu'on appelle communément la « microévolution
» (la variation au sein d'un type d'organisme), causée par la sélection naturelle,
a lieu, et pourrait être responsable du grand nombre d'espèces au sein d'un type. Presque
toutes les prétendues preuves de l'évolution (tels que « les pinsons de Darwin » et les
bactéries qui deviennent résistantes aux antibiotiques) sont de cette catégorie. Nous
voyons d'énormes différences entre les plus de 300 races de chiens, depuis le tout petit
chihuahua et les très grands bergers allemands ou saints-bernards. Ces races ont été
produites par la reproduction sélective opérée par des hommes. Il est important de
souligner, pourtant, que « micro-évolution » ne convient pas comme appellation, car il
suggère qu'un « peu » d'évolution a eu lieu. Il s'agit simplement d'accentuer par rapport
aux autres tel ou tel trait déjà existant.
Quant à la macro-évolution, il y a bien des scientifiques qui ne la reconnaissent
pas comme une réalité. La mutation jointe à la sélection naturelle n'a pas réellement le
potentiel de produire de changement à grande échelle d'un type d'organisme qui se
transforme en un autre, la prétendue « macro-évolution ». Il n'y a absolument aucun cas,
par exemple, d'une transition d'un phylum (embranchement) à un autre. Les partisans de
Darwin reconnaissent ceci comme une question pour la recherche. D'autres, tels que
33
Benton et Behe, sont allés plus loin et ont écrit des livres qui fournissent les données
incontournables qui montrent scientifiquement pourquoi de telles transitions sont
impossibles. Leurs observations ne semblent pas, pourtant, bien connues en dehors des
milieux spécialisés dans l'étude des origines.
Dans l'étude présente, nous employons le terme « évolution » presque toujours
pour nous référer à la macro-évolution.
LES CONSÉQUENCES POUR LA FOI EN DIEU ET À LA BIBLE
Si la théorie de Darwin ou l'une des nombreuses révisions de sa théorie étaient
vraies, quel serait l'impact sur la foi en Dieu et en la Bible?
Il est vrai que de nombreux croyants essaient de concilier la théories darwinienne
et la foi en Dieu. On les appelle parfois des « évolutionnistes théistes ». Ils acceptent
l'idée que la vie sur terre a commencé comme un organisme d'une seule cellule (ou même
une forme de vie encore plus simple et primitive) et qu'elle a évolué lentement sur la terre
depuis des milliards d'années. Le résultat de ce processus serait la variété infinie de
plantes de d'animaux que nous voyons aujourd'hui, y compris les êtres humains. Mais les
évolutionnistes théistes maintiennent que ce processus, loin d'être aveugle et aléatoire, fut
guidé par Dieu. Ils affirment que Dieu créa toutes les formes de vie sur la terre, mais qu'il
se servit du processus de l'évolution pour les créer. Ils traitent le récit de la création dans
le livre de Genèse comme de la mythologie, comme des paraboles à ne pas prendre au
pied de la lettre. Certains interprètent les six jours de la création en Genèse 1 comme
étant six ères géologiques, chacune ayant une durée de plusieurs millions d'années.
Nombreux sont ceux qui ne sont pas satisfaits par une telle approche. Ils ont la
nette impression que Jésus et ses apôtres croyaient que Adam et Ève, Énoch, Noé et
d'autres personnages mentionnés dans les premiers chapitres de la Genèse avaient
réellement vécu (voir, par exemple, Matthieu 19. 3-6; Romains 5. 12-21; 1 Timothée 2.
12-14; 1 Pierre 1. 20). Ils se demandent pourquoi, si l'on doit renoncer à l'action
miraculeuse de Dieu dans la création, on croirait à d'autres miracles racontés dans les
pages de la Bible, y compris la naissance de Jésus d'une vierge et sa résurrection d'entre
les morts. Ils remarquent que la Bible insiste en plusieurs endroits sur


loa 20/01/2011 14:31



Au delà des faits, la différence fondamentale entre créationnistes et évolutionnistes porte, me semble-t-il, sur la notion de dessein prédéterminé par une volonté
supranaturelle pour les premiers tandis que le hasard établi sur un déterminisme matérialiste est fondamental pour les seconds. Bien que certains s'y emploient, il paraît difficile, au delà de
l'intime conviction, de trouver un terrain d'entente entre ces deux conceptions : nous touchons là à des questions philosophiques qui échappent au cadre de la Science. Je pense quant à moi que
cette dernière, par l'accumulation des études et des faits, finira par permettre de choisir à la condition que les indiscutables acquis ne soient pas remis en question par la mauvaise foi ou
l'obscurantisme. Dans tous les cas, il convient de rester modeste : le Monde est ce qu'il est et non pas ce que nous voudrions qu'il soit...



posta01 15/04/2010 17:10


Ce message s’adresse à tous les créationnistes et autres adeptes de l’intelligent design qui voudraient faire passer leurs idées comme des thèses concurrentes et sur le même plan que la théorie
synthétique de l’évolution.
Il s’adresse également à tous ceux qui souhaitent en savoir un peu plus sur un sujet qui nous concerne tous et dont les réponses apportées par la science nous invitent, à des degrés divers, à nous
interroger sur nos croyances, quelles qu’elles soient.

Il ne s’agira pas ici d’attaques contre la foi mais d’une remise en perspective entre certaines catégories comme la science (ce qu’on sait) et la pseudo-science. (ce qu’on croit savoir)

Voici par exemple ce qu’on peut trouver comme affirmations dans la panoplie rhétorique des créationnistes.
« La théorie de l’évolution n’est QU’UNE théorie, elle n’est pas PROUVEE,
« La COMPLEXITE du vivant ne peut être que l’œuvre d’une INTELLIGENCE »
« Les probabilités DEMONTRENT que la vie n’a pas pu apparaître du fait de simples processus naturels »
« La théorie du Big Bang est incompatible avec la thermodynamique » etc…

Petite mise au point :
Pour tous ceux qui se targuent d’avoir un minimum de formation scientifique et qui continuent de véhiculer ces inepties, il est bon de rappeler succinctement ce qui caractérise une théorie
scientifique.

Par ailleurs, et pour tous les esprits curieux qui désirent en savoir davantage, je propose en fin
de message une série de sites forts instructifs à visiter sans modération.

1. Qu’est-ce qu’une théorie scientifique ?
Une théorie est un ensemble de propositions « cohérentes » visant à « expliquer » des « phénomènes ». Il ne s'agit pas d'un synonyme de "supposition" ou "hypothèse".

Quand on parle de théorie, on fait référence à un modèle.
Bien sûr, la réalité est toujours plus complexe qu’un modèle, c’est la raison pour laquelle on ne peut pas dire qu’une théorie soit vraie ou fausse à 100%.
Le véritable critère pour estimer la pertinence d’une théorie, c’est d’en mesurer son pouvoir explicatif et prédictif et ce, uniquement dans le cadre de son champ de compétences.

Comme le constate Ken Miller lors d'une conférence, les créationnistes voudraient imposer la notion naïve qu'une théorie est sur un point hiérarchique plus bas que les faits, alors qu'en réalité
les théories dominent et expliquent les faits.

Exemple avec la théorie quantique :
Celle-ci postule le modèle atomique. Or, personne n’a jamais observé le noyau d’un atome ou même un électron.
Et pourtant, la théorie est à l’origine du fonctionnement de nos moteurs électriques, de nos télévisions, d’Internet, de nos ordinateurs et autres téléphones portables, etc…

Autre exemple, avec la théorie de la gravitation de Newton :
Personne n’a jamais observé une pomme attirer la Terre. C’est pourtant ce que dit la théorie
et c’est bien ce qui se passe en réalité.

Encore un exemple avec la théorie de la relativité d’Einstein :
Personne n’a jamais constaté dans la vie courante la contraction des longueurs, la dilatation
du temps, ou encore l’augmentation de la masse d’un corps en mouvement ou dans un champ de gravitation.
Pourtant, ce phénomène est bien réel. Il a été constaté (dans les années 1950) lors d’une expérience consistant à mesurer les différences d’écoulement du temps entre deux horloges atomiques (1 au
sol, l’autre embarquée dans un avion)
Les GPS prennent d’ailleurs en compte ce phénomène sans quoi les positions au sol seraient
faussées de plusieurs mètres.

Il en est de même pour la théorie synthétique de l’évolution.
L’homme peut avoir cette illusion d’être tellement « spécial » et au-dessus du lot, il n’en est pas moins vrai que toute la biodiversité (l’homme compris) est le résultat d’un processus de
diversification et de complexification vieux de pratiquement 3 milliards 700 millions d’années.

Nos très lointains ancêtres à cette époque étaient de simples structures chimiques
auto-répliquantes. Quelle chance et quel bel avenir elles ont eu !

La question n’est pas de savoir si l’évolution a eu lieu, mais comment elle a eu lieu.

Pour illustrer mon propos, voici ce que disait à S.J. Gould au sujet de l’évolution de des créationnistes :
"Les fondamentalistes, en connaissant les réponses avant de commencer (en examinant l'évolution), et puis en forçant la nature dans la camisole de force de leurs idées préconçues discréditée, ne
relèvent pas du domaine de la science ou de toute enquête intellectuelle honnête."
«Les humains ne sont pas le résultat final d’un progrès évolutif prédictible mais plutôt une minuscule brindille sur l’énorme buisson arborescent de la vie qui ne repousserait sûrement pas si la
graine de cet arbre était mise en terre une seconde fois.»

Georges Charpak et Henri Broch: (Devenez sorciers devenez savants) à propos du créationnisme et du dessein intelligent.
"La charge de la preuve revient toujours à celui qui affirme quelque chose de nouveau
et plus la chose affirmée sort du cadre des lois établies, a fortiori si elle entre en conflit avec ces lois, plus les preuves apportées pour étayer cette proposition doivent être robustes."

2. Science et épistémologie.
Par ailleurs, il me semble important rappeler les principes de l’épistémologie, fondement de la science et en quoi le raisonnement créationniste est défaillant en la matière :

Démonstration :
a) Une théorie doit être falsifiable (réfutabilité – voir Karl Popper).
Or, en cas de difficulté, les défenseurs de cette doctrine pourront toujours avancer l’argument irréfutable « Dieu l’a fait ». La thèse de la création est indiscutable, il s’agit d’un dogme
religieux.

b) Les propositions avancées doivent respecter le principe de parcimonie, c'est-à-dire que le minimum de propositions et d’entités nécessaires doivent être postulées.
Or, le créationnisme comme l’intelligent design ne satisfont pas ce principe puisqu’ils postulent un principe irrationnel non testable (Dieu, principe divin, intelligence transcendante)

c) Les hypothèses doivent être validées par l’expérimentation.
Echec total sur ce point également, jamais une expérience n’a pu mettre en évidence la réalité d’un quelconque principe divin. Dieu n’est pas testable.

d) Une théorie doit être en mesure de faire des prédictions non contradictoires.
Là encore, échec complet du créationnisme. Ce paradigme n’est à l’origine d’aucune prédiction à ce jour.

e) Enfin, une théorie est avant tout un résultat, c’est un concept synthétique produit par la mise en cohérence des hypothèses, des faits et des expériences, ses conclusions ne sont pas postulées à
l’avance.
En postulant l’existence d’un principe divin, les créationnistes font une fois de plus une entorse grave à un principe de base que doit respecter toute discipline scientifique, le scepticisme.

Finalement, le créationnisme nie la méthode scientifique, il ne peut qu’aller dans le sens d’une déliquescence du savoir puisqu’il postule implicitement que la science ne peut définitivement rien
expliquer, ce qui s’oppose à l’objectif poursuivi par les créationnistes eux-mêmes qui ont l’ambition de qualifier de théorie ce qui reste une doctrine religieuse.

Pour ceux qui en doutent encore, oui l’évolution est observée, aussi bien dans les temps historiques qu’en laboratoire.
Mais davantage que les observations directes, ce sont les multitudes de preuves indirectes
qui ont été accumulées depuis plus de 150 ans et venant de disciplines aussi différentes que la géologie, la paléontologie, l’anatomie comparée, la phylogénétique, l’embryologie, la génétique, la
biologie moléculaire.

Le faisceau de preuves en faveur de l’évolution ne fait pas de doute, il est même écrasant,
c’est la raison pour laquelle il est admis que l’évolution est un fait.

Pour résumer sur ce point, les discussions actuelles sur la théorie synthétique de l’évolution portent sur certains détails ou encore certains mécanismes évolutifs mal compris, en aucun cas sur ses
fondements.
La théorie peut par conséquent évoluer, tout comme la climatologie ou encore la physique quantique… Où est le problème ?

3. La rhétorique créationniste.
Du fait que le paradigme de la création repose sur un dogme (*), le raisonnement créationniste repose nécessairement sur des propositions indécidables voire fausses.

Ainsi, l’argumentaire créationniste se résume à l’auto-justification de la doctrine et la formulation de critiques à l’égard de la théorie de l’évolution, apparemment valides et qui peuvent
paraître pertinentes aux néophytes mais qui ne résistent pas à un examen attentif, honnête et surtout objectif.

Parmi l’arsenal dialectique utilisé, notons :
a) Les sophismes et autres paralogismes (Le Big Bang et le 1er principe de la thermodynamique, la vie et le 2ème principe de la thermodynamique),

b) Les mensonges par omission (les fossiles intermédiaires),
c) Les petites phrases de scientifiques extirpées de leur contexte dans le but de soutenir fallacieusement une thèse (l’intervie


cepheides 16/04/2010 16:37



Je suis bien d'accord avec vous et vous remercie de cette excellente contribution. Pour tous ceux qui auraient quelques problèmes à contre-argumenter les théories
créationnistes, je les renvoie à un autre sujet de ce blog "réponses aux créationnistes". Encore merci pour votre intervention.



louvette90 12/03/2009 22:26

bonsoir,on apprend pleins de belles choses +5 bonne soirée

darwinapolis 05/04/2008 12:14

Bien, à bas l'extrémiste Harun Yahya !
J'ai créé un blog en faveur de la théorie de Darwin et contre les attaques créationnistes notamment contre le dessein intelligent !
http://darwinapolis.skyrock.com

Didier R. 14/03/2008 15:39

Posté le mardi 04 septembre 2007 13:49

Je prends toujours un grand plaisir à te lire et à suivre ainsi le cours de tes idées.
Cependant, je ne comprends pas bien pourquoi tu reprends ce vieux procès qui consiste à opposer religion et Science....Dans la bibliothèque de Platon, il y avait un rayon des ouvrages de "phyique", en gros les sciences naturelles, et au dessus le rayon de ouvrages traitant de morale, de religion, de convictions diverses et en raison de son emplacement par rapport au premier on l'appelait la " méta, au dessu-donc, physique ".rien à voir l'un avec l'autre, c'était il y a deux mille cinq cent ans....
Je ne sais pas quelle est la part du hasard dans la marche de l'univers, pas plus que son origine ou sa fin, pas davantage le sens du temps, encore moins l'explication de notre existence, qui jusqu'à présent est la chose la plus compliquée qui soit...le cerveau humain....quand même...
Il n'est pas dans mon propos de contester l'évolution mais enfin, comme beaucoup et toi aussi je suppose, on ne peut laisser la pensée s'arrêter à des certitudes au risque de la stériliser.
Je ne sais pas si tu as lu cette polémique à propos du sphénoïde....un chercheur français a cru pouvoir démontrer que les deux torsions qui caractérisent cet os sont issues d'un programme génétique bien antérieur à l'apparition de l'homme, ce qui pourrait signifier que la torsion aurait été prévue avant qu'elle ne se produise et que par conséquent le développement de l'encéphale eut été ainsi rendu possible....énorme polémique scientifique....les créationnistes avaient encore frappé !
Autre histoire, le flagelle.... il parait que sa constitution et sa mécanique serait un défi aux lois de l'évolution....

Un peu de science éloigne de Dieu, un peu plus y ramène, disait l'autre, c'est à dire je ne sais plus qui....
Enfin, je citerai encore ce mot qui pour ma part, me convient infiniment dans son ambiguité : " l'exact n'est pas le vrai...."....pas très scientifique sans doute, ce bon Victor Hugo....

cepheides 14/03/2008 15:42

Posté le mardi 04 septembre 2007 19:45 Loin de moi l'idée de vouloir rouvrir un débat opposant science et religion ! Comme tu as pu le constater, les sujets du blog évoquant la religion sont rares et concernent toujours, non la Religion, mais certains de ses thuriféraires, c'est à dire ses fanatiques ou, pour parler plus moderne, ses intégristes. Je pense tout particulièrement à certains créationnistes extrémistes comme les évangélistes américains (mais il existe de tels individus dans toute religion). Pourquoi eux ? Parce qu'ils rejettent toutes les preuves, expériences, théories et hypothèses scientifiques qui ne cadrent pas avec leur approche absolutiste (Comment peut-on prétendre raisonnablement aujourd'hui que la Terre a 5 000 ans ou que "Adam et Ève furent les premiers humains" ?). Cela ne me gênerait pas outre mesure s'ils ne faisaient pression sur les autorités responsables pour invalider ou neutraliser la recherche scientifique (voir, par exemple, les efforts développés par les tenants du "dessein intelligent"). Il s'agit là pour moi d'un déni de réalité qu'il faut combattre parce que, oui, cette approche partisane est bel et bien de la censure. Heureusement, il existe d'autres croyants (ne les appelons-pas créationnistes même s'ils le sont car le terme est trop dévalué) qui, tel le Pape Jean-Paul II ont su comprendre que, par exemple, la théorie de l'Evolution était la seule explication un peu construite pour expliquer le monde dans lequel nous vivons. Tu me dis par ailleurs qu'il ne faut pas se laisser aller à des certitudes sous peine de stériliser la pensée scientifique : tout au long de mon blog, j'ai cherché, en effet, à expliquer que la science avançait par tâtonnements et par hypothèses momentanément acceptés tant qu'il n'a pas été découvert quelque chose de plus convaincant, qu'il ne fallait jamais se contenter de ce que l'on croyait sur le moment puisque le moment d'après pouvait tout invalider et que, au bout du compte, la grandeur de la Science était précisément de savoir se remettre constamment en cause, même sur des sujets considérés comme acquis. Il n'en reste pas moins qu'il existe quelques vérités scientifiques, comme le fait que la Terre tourne autour du Soleil et que ce dernier appartient à une galaxie bien précise : le contester - quel qu'en soit le motif - me semble être un retour en arrière et, surtout, une menace pour l'avenir. Concernant le point plus précis que tu soulèves sur le sphénoïde, il me semble que cela rappelle tout à fait la critique faite à Darwin sur l'origine de l'oeil (Comment l'oeil a-t-il pu s'élaborer progressivement au fil des âges géologiques si l'on n'a pas AU DEPART prévu sa fonction qui est de voir ? Darwin en son temps y a répondu brillamment et les évolutionnistes aujourd'hui ont pu valider ses affirmations à l'époque encore en partie théoriques). Cela me donne d'ailleurs l'idée de prévoir un sujet sur cette question, plus générale qu'il n'y paraît et qui pourrait s'inscrire dans un sujet de réponses circonstanciées aux délires créationnistes (tu sais, les intégristes de tout à l'heure, pas les croyants en général !). Mais, au delà du réel problème posé par ces gens,ce que je souhaite surtout, c'est qu'on discute de science...

pititboutjoli 05/03/2008 12:28

Posté le mardi 04 mars 2008 18:29

bo fossile

Amazinghorse21 19/02/2008 14:14

Posté le mercredi 13 février 2008 18:40

Je suis dans le nord Côte-d'Or où les fossiles sont présents dans toutes les roches calcaires , c'est toujours agréable de trouver certains intacts , inserés au centre de pierres friables .Il y a bien eu d'autres espèces avant nous , c'est plus qu'évident.

Mathilde 19/02/2008 14:04

Posté le samedi 02 février 2008 23:36

Extra!!

J'adore ces raisonnements scientifiques !
Questions rhétoriques, réfutations... Tout y est !!

J'adore ce blog!!

scientiblog 19/02/2008 14:03

Posté le mercredi 19 septembre 2007 20:09

Joli fossile

Présentation

  • : Le blog de cepheides
  • Le blog de cepheides
  • : discussions sur la science (astronomie, paléontologie, médecine, éthologie, etc.) à partir d'articles personnels.
  • Contact

dépôt légal

copyrightfrance-logo17

Recherche

traduire le blog

drapeau-anglais.png
drapeau-allemand.png

.

.

.

 POUR REVENIR À LA PAGE D'ACCUEIL : CLIQUER SUR LE TITRE "LE BLOG DE CEPHEIDES" EN HAUT DE LA PAGE 

 

Visiteurs depuis la création du blog (2008) :

Visiteurs actuellement sur le blog :

 

 

Sommaire général du blog : cliquer ICI

 

du même auteur

"Camille" (roman)

cliquer ICI

 

"Viralité" (roman)

cliquer ICI

 

"petites tranches de vie médicale"

(souvenirs de médecine)

cliquer ICI

 

"la mort et autres voyages"

(recueil de nouvelles)

cliquer ICI

Catégories