Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 18:29

 

 

 

 

 

 

 

     Aujourd’hui, toute personne s’intéressant quelque peu à l’astronomie ou à la paléontologie sait que la Terre est âgée d’environ 4,5 milliards d’années et qu’elle est née approximativement en même temps que son étoile, le Soleil. Il n’en fut pas toujours ainsi : vers le milieu du XIXème siècle, deux écoles de pensée s’opposaient sur l’âge véritable de notre planète et les congrès scientifiques sur cette question donnaient alors lieu à des disputes parfois violentes, voire à quelques empoignades mémorables ; en effet, les physiciens avançaient l’âge maximal de 50 millions d’années tandis que les géologues parlaient plutôt en termes de centaines de millions d’années (ce qui était également l’opinion de Darwin qui pensait – à juste titre – qu’il fallait beaucoup de temps pour que les espèces évoluent et se transforment). Sans oublier tous ceux qui, appliquant à la lettre les enseignements des textes bibliques – et il y avait parmi eux quelque savants –, ne démordaient pas d’une création de la Terre remontant à environ six mille ans. Cette querelle – il s’agissait effectivement plus d’une polémique et même d’une dispute que d’une simple controverse – dura un demi-siècle ! Ce fut probablement le désaccord le plus long et un des plus virulents ayant jamais opposé des scientifiques de premier ordre et il ne me semble pas inintéressant de revenir sur les arguments des uns et des autres.

 

 

Le point de départ : Charles Lyell

 

     Né en 1797, Charles Lyell se destinait en fait à une carrière de droit mais il était passionné par la géologie qu’il avait toujours plus ou moinsCharlesLyell pratiquée. En 1828, Lyell voyage en Italie et dans le sud de la France : à cette occasion, il étudie diverses couches géologiques et leur trouve une unité en ce sens que ces différentes strates peuvent toutes être classées selon les fossiles d’animaux marins qu’elles renferment. Il en déduit une notion de continuité dans le temps, un temps qui ne peut être que nécessairement assez long. Deux ans plus tard, il commence à publier ses « principes de géologie », un véritable « pavé dans la mare » du catastrophisme qui prévalait à l’époque.

 

     En ce temps-là, en effet, à la suite de Cuvier (et d’autres grands noms), on pensait que la Terre s’était créée très rapidement (en quelques milliers d’années) à cause d’événements violents, catastrophiques (d’où le nom de la théorie) comme, par exemple, le Déluge. Cette approche avait par ailleurs le gros avantage de ne pas brusquer les esprits religieux de ceux qui accordaient à la Bible le statut de témoignage authentique du passé. Lyell comprend qu’il remet en question bien des idées reçues mais il a une certitude : pour obtenir les couches géologiques qu’il a étudiées, il faut du temps et non des événements brutaux. Il redonne alors toute leur place aux idées de James Hutton, un géologue qui, quelques années plus tôt, avait avancé que la Terre s’était formée graduellement et que les éléments qui avaient permis cette création étaient encore présents et actifs. Pour Hutton, la Terre était « infiniment » vieille et il avait appelé sa théorie « uniformitarisme » (ou actualisme), expliquant que les transformations observées des roches et des océans en un endroit précis s’étendaient forcément sur une le déluge par Géricaultdurée de temps obligatoirement fort longue (on ne connaissait pas encore la tectonique des plaques) mais, à l’époque, il ne fut guère écouté. Lyell défendit donc cette approche aux dépens du catastrophisme ambiant et cela devait avoir une grande importance dans la suite des événements.

 

     En effet, quelques années plus tard, Charles Darwin croit reconnaître dans diverses espèces vivantes (mais également disparues) des ressemblances qui ne peuvent s’expliquer que parce que ces espèces dérivent les unes des autres (voir le sujet : les mécanismes de l’évolution). Darwin avait lu avec attention les principes de géologie de Lyell et avait compris ce qu’ils impliquaient : la transformation – ou plutôt l’évolution – des espèces devenait crédible s’il lui était accordé un laps de temps suffisant ce que précisément le catastrophisme ne pouvait pas lui offrir. Après avoir longtemps hésité, Darwin publie « l’origine des espèces » en 1859, non sans insister sur tout ce qu’il doit à Lyell, et le livre entraînera les remous que l’on sait. Darwin, se basant sur une évaluation empirique de l’érosion de la croute terrestre, se risque à avancer pour l’âge de la Terre une date qui lui paraît compatible avec la théorie qu’il défend : 300 millions d’années. Mais devant la levée de boucliers des catastrophistes, dans la seconde édition de son livre, il renonce à donner un chiffre tout en continuant à proclamer que Lyell a forcément raison, ce dernier étant d’ailleurs en retour un des premiers scientifiques de renom à le soutenir.

 

 

La contestation : Lord Kelvin

 

     William Thomson – plus connu sous le nom de Lord Kelvin – était un très célèbre physicien puisqu’il avait – entre autres - donné son nom à une échelle de température absolue : le kelvin (la température de 0 K est égale à -273,15 °C et correspond au zéro absolu). Or, il était très dubitatif quant à la théorie de Darwin et, plus encore, sur les échelles de temps défendues par Lyell : il chercha donc à démontrer que tous ces gens-là se Lord-Kelvintrompaient… Il entreprit de s’appuyer sur les lois de la thermodynamique pour évaluer l’âge de la Terre et, d’emblée, une certitude s’imposa à lui : la Terre et le Soleil devaient être relativement jeunes sinon les deux astres ne seraient plus – et depuis longtemps- que des corps froids et inhabitables ; il était impossible, selon Kelvin, que les géologues aient raison car les chiffres qu’ils proposaient – des centaines de millions d’années – étaient bien trop élevés et, pour tout dire, fantaisistes.

 

     La réputation mondiale de Lord Kelvin était alors telle que les géologues ne purent que s’incliner. Quelques années plus tard, en 1862, Kelvin publia le résultat de ses travaux sur la diffusion de la chaleur dans l’espace qui concluaient à un âge maximal de la Terre ne pouvant en aucun cas dépasser 100 millions d’années. C’était bien peu pour les géologues qui se demandèrent alors s’ils n’avaient pas sous-estimé les caractéristiques physiques de l’érosion de la croûte terrestre et très dérangeant pour un homme comme Darwin qui trouvait que 100 millions d’années, c’était décidément très insuffisant pour expliquer le long cheminement de l’Evolution, mais bon… Seul, Thomas Huxley, ami proche du naturaliste et grand vulgarisateur de la théorie de l’Evolution, n’accepta jamais les conclusions du physicien, estimant que celui-ci devait forcément se tromper quelque part mais sans pouvoir dire où, ni de quelle manière… Il demeura toutefois bien seul sur sa position et les chiffres de Kelvin finirent par s’imposer au point que même Lyell retira ses propres estimations de la réédition de ses « principes de géologie ». Darwin quant à lui rectifia, certes à contrecœur, certains passages de ses livres afin de prendre en compte une vitesse d’évolution des espèces bien plus rapide qu’il ne l’avait primitivement estimée.

 

     En 1897, lord Kelvin publia de nouveaux travaux avec des calculs plus affinés qui concluaient à des chiffres encore plus petits : 20 à 40 millions d’années pour l’âge de la Terre ! C’était assurément un démenti définitif aux chiffres avancés par les tenants de l’authenticité biblique mais qui était loin de faire le bonheur des géologues et des Darwiniens. L’affaire en resta là jusqu’au début du siècle suivant et, la chose est assez rare pour être signalée, c’est à un physicien que l’on devra la levée de l’interdit jeté par un autre physicien…

 

 

La solution : Ernest Rutherford

 

     C’est en effet un physicien qui va apporter les éléments de résolution Rutherford_1908.jpgde cette querelle entre les géologues (et naturalistes) et les représentants de sa discipline… en donnant raison au camp opposé !  Cet homme providentiel est un Néo-zélandais travaillant en Angleterre et s’appelant Ernest Rutherford. Aujourd’hui, Rutherford est reconnu comme le père de la physique nucléaire mais à cette époque il n’en était encore qu’au commencement de sa prodigieuse carrière.

 

     Nous sommes au tout début du XXème siècle et le Français Pierre Curie travaille depuis quelque temps sur le radium ; il se rend compte que, compte tenu de la petite taille des échantillons observés, ce corps dégage une chaleur sans commune mesure avec ce à quoi on aurait pu s’attendre. Rutherford arrive à la même conclusion quelques mois plus tard. Or, on savait que la Terre était très riche en ce type d’éléments ; dès lors, une évidence s’impose : notre planète possède le moyen de conserver sa chaleur et, contrairement à ce que défend Lord Kelvin depuis des années, elle ne se refroidit pas ou, en tout cas, seulement extrêmement lentement. Rutherford est à présent convaincu que la Terre est capable de conserver sa chaleur durant des millions d’années grâce à la radioactivité naturelle et, bien sûr, cela change tout ! Cet extraordinaire dégagement de chaleur, explique Rutherford, a une explication parfaitement logique puisqu’elle est la conséquence de la désintégration naturelle de certains atomes comme le thorium sur lequel il a longtemps travaillé et, bien sûr, le radium. Au début, cette découverte choque chimistes et physiciens pour lesquels, jusqu’à ce jour, il ne pouvait être question de destruction de la matière mais les travaux de Rutherford sont sans appel et, bientôt, tous se rendent à l’évidence (Pierre Curie mettra deux ans). En 1903, âgé seulement de 32 ans, Rutherford entre dans le cercle fermé des découvreurs de génie et reçoit une prestigieuse récompense, la médaille Rumford, décernée par la Royal Society.

 

     C’est donc tout naturellement que, l’année suivante, il se rend à Londres terre-coupe 2pour participer à un congrès sur l’âge de la Terre… en présence de Lord Kelvin en personne. Il n’a aucun mal à expliquer pourquoi le vieux physicien s’est trompé : ce dernier a tablé sur une dissipation progressive de la chaleur originelle sans savoir qu’il en existait une importante source au centre de la Terre : les lois de la thermodynamique ne peuvent donc pas s’appliquer telles quelles. Les géologues (et les partisans de la théorie de l’Evolution) avaient donc eu raison sans le savoir !

 

     Lord Kelvin assista à la démonstration de Rutherford et aux débats qui s’ensuivirent mais jamais il n’accepta l’idée que la Terre pouvait être aussi âgée que le démontrait son jeune confrère car c’était admettre l’ouverture tant recherchée par les évolutionnistes, or, à cela, Lord Kelvin ne pouvait se résoudre tant il détestait l’idée même des travaux de Darwin. Quelques scientifiques continuèrent à soutenir sa position, plus par respect pour leur vieux maître que par conviction véritable, mais à sa mort, en 1907, on oublia définitivement ses calculs sur l’âge de la Terre. Les géologues avaient enfin trouvé l’explication de ces superpositions de strates qui les avaient tant intrigués et les Darwiniens le support scientifique nécessaire à la transformation des espèces dont ils avaient toujours été certains sans pouvoir le prouver.

 

 

L’âge de la Terre aujourd’hui

 

     Les recherches sur l’âge réel de la Terre se sont poursuivies au fil des années. En 2002, des études portant sur des corps radioactifs rares comme l’hafnium et le tungstène ont encore repoussé l’origine de notre globe de quelques dizaines de millions d’années : on pense à présent que la Terre (et d’autres planètes) s’est constituée plus tôt et plus rapidement qu’on le croyait, probablement dans les 30 à 40 millions d’années du début du système solaire ce qui la fait arriver à un âge total de 4,6 milliards d’années, Soleil et planètes s’étant formées au quasi même moment. L’explication la plus probable est celle de l’explosion à cette époque d’une supernova proche dont l’onde de choc serait en quelque sorte venue « fertiliser » le nuage de gaz qui se trouvait à l’emplacement de notre système solaire actuel pour donner naissance, par agrégation progressive, à notre étoile, une naine jaune à longue durée de vie, et à son cortège de planètes. C’était il y a 4,6 milliards d’années et, pourtant, notre planète est toujours chaude comme en témoignent notamment les volcans qui, de temps à autre, viennent réveiller les consciences humaines. C’était il y a suffisamment longtemps pour que la Vie ait pu apparaître sur Terre, se diversifier et donner naissance au monde que nous connaissons aujourd’hui.

 

 

 

 

Images

 

1. du nuage protosolaire  au système solaire (sources : lamaisondalzaz.com)

2. Charles Lyell (1797-1875) (sources : cosmology.tistory.com)

3. le Déluge, par Géricault (musée du Louvre) (sources : lettres.ac-rouen.fr)

4. Lord Kelvin (1824-1907) (sources :  www.universitystory.gla.ac.uk)

5. Ernest Rutherford (1871-1937) (sources :   commons.wikimedia.org/wiki)

6. coupe de la Terre (sources :  geothermie.tpe.free.fr)

 (Pour lire les légendes des illustrations, passer le pointeur de la souris dessus)

 

 

Mots-clés : Charles Lyell - catastrophisme - Georges Cuvier - James Hutton - uniformitarisme - tectonique des plaques - Charles Darwin - Lord Kelvin (William Thomson) - lois de la thermodynamique - Thomas Huxley - Ernest Rutherford - désintégration atomique 

(les mots en blanc renvoient à des sites d'informations complémentaires)

 

 

Articles connexes sur le blog

1. les mécanismes de l'évolution

2. distances et durées des âges géologiques

3. le rythme de l'évolution des espèces

4. la dérive des continents ou tectonique des plaques

5. origine du système solaire

 

 

 Dernier sommaire général du blog : cliquer ICI

 

l'actualité du blog se trouve sur FACEBOOK

 

 Mise à jour : 28 mai 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by cepheides - dans paléontologie
commenter cet article

commentaires

DANEL 01/02/2014 20:09

merci pour la réponse sur l'âge de la terre mai je ne suis pas du tout convincue et l'univer s'axélère dans son éxpention je ne peut pas croire que l'on puisse donner un âge aussi vieux même celui
de l'univers plus de 13 milliard comme vous dites et je ne comprend pas que l'on dépense des sommes astronomique pour conaitre le passé alor que tellement de misère sur la terre et de destruction
si seulement l'humain était un peut moins con et respectait la nature et que tout le monde avais à bouffé et un toit et que la société de voleur arrêtait de voler nôtre fric pour faire des
conneries ( milles éxcuses pour les gros mots ) mai il faut voire les choses en faces et ce n'est pas en cherchant avec des chiffres bizard combient de milliards d'années de passé qu'on vivra mieux
le passé est passé voyons plutôt l'avenir qui n'est guèrre réjouissant.

cepheides 02/02/2014 16:30



C'est là que je ne vous suis pas ! Bien sûr que la situation sur Terre est lamentable avec ses guerres, ses haines et surtout cette surpopulation incontrôlable qui
finira par tout détruire. Les quelques milliards consacrés à la recherche fondamentale ne changeraient, hélas, rien à l'affaire. En revanche, cette recherche permet de progresser dans la
connaissance de notre monde et nous permet de bâtir des techniques. Un exemple ? Il y a quelques dizaines d'années, lorsqu'on étudia la mécanique quantique, nombre de gens à l'époque hurlèrent
que "c'était incompréhensible, que ça ne servait à rien, que c'était de l'argent foutu en l'air alors qu'il y avait tant à faire", etc. etc. Et pourtant ! Sans la mécanique quantique, il aurait
été impossible d'inventer le transistor, le laser, les supraconducteurs, la résonance magnétique nucléaire (RMN) en médecine, etc. Et, du coup, pas d'informatique qui a changé le Monde ! Rien que
ça !!! Pareil évidemment avec la théorie de la relativité générale d'Einstein pour tout ce qui touche l'exploration spatiale qui a tant fait progresser les transports sur Terre.


Quant à l'âge et à l'expansion de l'Univers, c'est un élément indispensable pour approcher - entre autres - le problème de la matière sombre et de l'énergie noire,
des élements qui, une fois connus, permettront certainement à l'Humanité de changer de dimension...


Le présent est toujours l'avenir du passé !!!


(suite de cette discussion dans les commentaires du sujet : "l'étoile du berger" de janvier 2014)



DANEL 31/01/2014 00:18

bonjour
pour ma part donner des milliards s'années à la terre me fait un peut rire on à aucune preuves pour dater une telle viellese de la terre la seule preuve qui est à peut près fiable ces le carbone 14
mai j'usqu'à 35000ans environs mai le reste ces parler pour rien dire .

cepheides 01/02/2014 17:05



Ah non ! Je ne peux pas laisser passer une telle affirmation qui est une authentique contre-vérité scientifique. Bien sûr qu'on peut dater à quelques millions
d'années près sur une durée de plusieurs milliards d'années : il suffit de s'en remettre à la radio-activité naturelle qui est totalement quantifiable. Il est même possible de dater avec
certitude des objets hors de notre portée avec une méthodologie totalement rigoureuse : comment croyez-vous que les scientifiques peuvent estimer l'âge de l'Univers à 13,7 milliards d'années avec
une erreur maximale de 100 millions d'années ? Non, désolé, Daniel, je sais que ces affirmations ennuient un peu certains tenants de "vérités révélées par des livres soit-disant sacrés" mais
c'est ainsi. Le monde est ce qu'il est et non pas ce que l'on voudrait qu'il soit...


Il n'empêche : vous serez toujours le bienvenu sur ce blog même - et surtout - si vous n'êtes pas d'accord avec tout ce qui s'y dit !



Khiad 15/02/2010 20:18


Aaaaah . . . La tectonique des plaques . . . Ca me rappelle mes cours de biologie de collège ainsi que l'option "catastrophes naturelles" que j'avais prise à la fac.
J'ai toujours aimé étudier ces sujets passionnants. ^^


etincelle 13/02/2010 16:24


Mille excuses, je n'avais pas tenu compte de votre profession de foi évolutionniste à sens unique (le bleu en bas de page).
Il y a les vrais scientifiques évolutionnistes et théoriciens du 19è siècle et tous les autres pseudoscientificoarrièromoyenâgeux.
Si votre mythe vous plais, délectez-vous.
Peut on laisser des faits détruirent de belles théories.
Je retourne sur top chrétien.
Au revoir.
Cordialement.


cepheides 14/02/2010 13:28


Je pense, en effet, que votre contribution sera plus conséquente et mieux accueillie sur le site religieux que vous citez. Quant à moi, je pense qu'une théorie -
quelle qu'elle soit - ne vaut que le temps qu'il faut pour en trouver une meilleure et c'est bien là la grandeur d'une démarche scientifique : je doute que les dogmes créationnistes vieux de
plusieurs milliers d'années puissent satisfaire à ce critère. Je m'amuse, néanmoins, de voir que vous accusez les évolutionnistes de cultiver un "mythe" : d'après moi et selon une formule souvent
utilisée jadis "c'est l'Hôpital qui se moque de la Charité".  Je vous laisse donc à l'étude et à l'exégèse de vos textes sacrés qui, sans nul doute, vous expliqueront de façon détaillée ce que
sont la mécanique quantique, un quasar ou la sélection naturelle. Bon courage pour votre compréhension de l'Univers qui nous entoure et sans rancune.


etincelle 13/02/2010 11:44


Le ciel et la terre passeront,mais mes paroles ne passeront pas.JC
Heureusement qu'il y a une autre alternative à ce dogme évolutionniste.
Ex:Pourquoi de la lave d'éruptions contemporaines donne des centaines de milliers d'années avec une radio datation moderne.
La radio datation au C14 d'un boeuf musqué,donne 17000 ans pour ses poils et 23000 ans pour les muscles du cou.
L'uniformisme: En une dizaine d'heures seulement,il c'est formé 13m de strates différentes sur une très large superficie.
Des couches rocheuses supérieures dans le grand canyon du Colorado sont datées plus vieilles que celles du bas.
Du charbon et du pétrole peuvent être fabriquer en laboratoire en très peut de temps sans attendre des MA.
Des stalactites de plus de trois mètres se sont formées en quelques décennies dans des mines abandonnées.
Des arbres et des animaux fossilisés, traversent plusieurs strates (impossible pour une théorie qui veut des millions d'années)
Une couche sédimentaire se retrouve partout.Dans cette couche (strate profonde), on a trouvé qu'une seule météorite.
On a trouvé (par deux fois)des tissus encore mous et élastiques sur des dinosaures ainsi que des traces d'hémoglobines.
site (life origin)
Créationnismement votre.


cepheides 13/02/2010 13:40


Et Mulder et Scully ont vu des extra-terrestres mais c'est tenu secret par un grand complot international...


Lydia 11/01/2010 17:38


Finalement, si j'ai bien compris les chiffres qui sont avancés dans le sujet, le système solaire (et donc la Terre) s'est créé alors que l'Univers avait les 2/3 de son âge actuel : pas si ancienne
que ça, la Terre, au fond ! Très bon sujet, bien présenté. A une prochaine fois.


cepheides 12/01/2010 15:12


Eh bien, cela dépend comment on interprète les chiffres ! 4,5 milliards d'années, cela représente quand même 4500 millions d'années et si on se rappelle que l'ancêtre
probable le plus ancien de l'Homme moderne ne remonte qu'à moins de 10 millions d'années...  Alors oui, l'Univers est probablement trois fois plus vieux que notre bonne planète mais,
franchement, à ce stade, les chiffres ne veulent presque plus rien dire tant il est difficile de se les représenter réellement ! Merci, en tout cas, de votre fidélité au blog.


Henri L 11/01/2010 17:33


Cepheides, je trouve cet article très bon. Il possède le grand avantage de nous montrer des erreurs scientifiques dues aux préjugés or il serait vain de croire que ça ne peut plus être le cas
actuellement : je pense, par exemple, à toutes les entraves mises sur le chemin des scientifiques par le "politiquement correct", sans oublier, évidemment, les religions dont l'apparent retour en
grâce actuel ne peut que s'opposer à une approche scientifique neutre (ce qui devrait pourtant toujours être le cas). Encore merci.


bunny le chti 04/01/2010 23:23


salut
La terre est très vieille
En peu de temps l'homme est en train de la faire mourir !
Dommage pour nos enfants et nos petits enfants !
Bonne soirée


Thierry-alias-Jean-Philippe 26/12/2009 17:14


Bonjour Céphéïdes, je passe vous faire un coucou durant ces périodes de fêtes. J'espère que vous passez de bonnes et joyeuses fêtes de Noël.
Bien sûr, je viens de lire votre article. Heureusement qu'il y a des scientifiques qui démontrent que notre planète est vieille de 4,5 ou 4,6 milliards d'années. Sinon, je ne sais pas où on n'en
serait avec des idées pareilles... A bientôt !! Et encore bravo pour l'article !


cepheides 27/12/2009 15:59


Heureux Noël à vous aussi et merci de votre fidélité.


Carême-Prenant 22/12/2009 19:45


Bonjour cepheides ! Au fond, vous nous dîtes qu'il n'y a rien de nouveau sous le Soleil puisqu'une querelle du genre occupe depuis plusieurs années nos scientifiques actuels : il est en effet
difficile de se faire une idée bien précise du supposé réchauffement climatique ! Merci en tout cas pour cet exposé d'un fait bien oublié aujourd'hui... et qui ne manque pas de saveur.


cepheides 23/12/2009 13:48


Bonjour Carême-Prenant ! Effectivement, il semble que de plus en plus de scientifiques mettent en doute le réchauffement climatique qu'on nous présente parfois comme
la nouvelle apocalypse. Il est difficile de se faire une idée précise sur la question lorsqu'on écoute, par exemple, Nicolas Hulot puis Claude Allègre ! Du coup, on soupçonne tout le monde
d'arrière-pensées politiques. Une situation qui n'est pas sans rappeler les débats au XIXème siècle sur l'âge de la Terre (et les polémiques politico-religieuses) rapportés dans le sujet... Je vous
remercie en tout cas de votre fidélité. 


duranton 21/12/2009 10:23


quand je pense qu'il existe encore des créationnistes ! ce ne serait pas grave s'il n'avaient aucun pouvoir


cepheides 21/12/2009 16:56


A nous de convaincre un maximum de nos contemporains (c'est heureusement en bon chemin) grâce aux scientifiques et à leurs écrits. Pour les autres - les obscurantistes
- il n'y a rien à faire : j'ai essayé bien des fois mais ils ont le cerveau carbonisé par leurs préjugés et leurs a-priori !


Présentation

  • : Le blog de cepheides
  • Le blog de cepheides
  • : discussions sur la science (astronomie, paléontologie, médecine, éthologie, etc.) à partir d'articles personnels.
  • Contact

dépôt légal

copyrightfrance-logo17

Recherche

traduire le blog

drapeau-anglais.png
drapeau-allemand.png

.

.

.

 POUR REVENIR À LA PAGE D'ACCUEIL : CLIQUER SUR LE TITRE "LE BLOG DE CEPHEIDES" EN HAUT DE LA PAGE 

 

Visiteurs depuis la création du blog (2008) :

Visiteurs actuellement sur le blog :

 

 

Sommaire général du blog : cliquer ICI

 

du même auteur

"Camille" (roman)

cliquer ICI

 

"Viralité" (roman)

cliquer ICI

 

"petites tranches de vie médicale"

(souvenirs de médecine)

cliquer ICI

 

"la mort et autres voyages"

(recueil de nouvelles)

cliquer ICI

Catégories